z207. Inde Nord-Nord Ouest : Expériences diverses

L’Inde est un pays renversant. Après plus d’un mois passé à parcourir la partie Nord-Ouest du « sous-continent », j’ai décidé de faire une petite pause d’une semaine sur une plage à Goa afin de faire un point sur mes récentes expériences mais aussi de m’éloigner quelque peu de l’agitation des villes. L’Inde est un pays passionnant mais mon Dieu, qu’il est épuisant ! Jamais durant mon tour un pays m’aura autant fatigué. Une température allant constamment au delà de 40 degrés, une pollution et une saleté atteignant des niveaux records, plus d’un milliard de personnes donnant l’impression de ne jamais pouvoir se retrouver seul, un trafic et des klaxons incessants, l’Inde est un pays plein de vie mais tellement prenant pour un occidental.

 

Le stop en Inde se passe plutôt bien. La population est en général plutôt réceptive à mon aventure et trouver des camions et voitures acceptant de s’arrêter et de me prendre à son bord est assez facile. Cependant, je ne vous cacherai pas que la chaleur est en ce moment mon principal ennemi et je prends actuellement moins de plaisir que d’habitude dès que je suis sur la route. La petite pause que je me suis accordé au bord de l’eau est donc la bienvenue. J’en profite par ailleurs pour lire et écrire (commencement du livre) du matin au soir, chose difficile à faire lorsque je suis constamment en déplacement.

 

Fatigante, certes, mais épatante. L’Inde est un pays magique, un pays tellement différent de tous les autres que j’ai pu voir jusqu’à présent, qui a réussi à prendre le tournant de la modernité tout en gardant toutes ses valeurs et sa culture traditionnelle.

 

De façon à partager quelques découvertes récentes, je vous mets ci-dessous diverses expériences vécues. Je vous proposerai dans quelques semaines une brève faisant part de mes impressions comme je l’ai fait il y a peu pour la Chine. J’ai cependant encore de nombreux kilomètres à parcourir dans ce pays et souhaite par conséquent attendre avant de faire cela.

 

Spiritualité

 

Ces derniers mois, notamment lors de mon séjour Tibétain, j’ai beaucoup appris de la philosophie et de la religion Bouddhiste. Comprendre en détail le monde Bouddhiste est un véritable défi et je ne me risquerais pas à dire que je connais aujourd’hui cette forme de spiritualité. Cependant, ses fondamentaux (tolérance, non violence) ont particulièrement attiré mon attention et ont éveillé en moi une certaine curiosité qui me poussera à lire davantage sur le sujet dans le futur, notamment les écrits du Dalaï-lama.

 

Une fois arrivé en Inde, j’ai dû mettre de côté le Bouddhisme et rentrer dans un nouveau monde pour moi, un monde qui m’était totalement inconnu jusqu’alors, celui de l’Hindouisme. Shiva, Ganesh, Vishnu, Rama, Brahma et consorts, ces noms m’étaient parfaitement inconnus avant de traverser la frontière Indienne (ou Népalaise devrais-je dire car l’Hindouisme y est également présent mais je n’ai pas passé beaucoup de temps au Népal). Et pourtant, quiconque souhaitant comprendre quelque peu l’Inde se doit de comprendre sa spiritualité, qui est au centre de la vie de tous ses habitants.

 

Ma première ville Indienne visitée fut Varanasi, ville de l’Hindouisme par excellence, autant dire qu’il ne m’aura fallu que peu de temps pour je m’en prenne plein les yeux. Varanasi est un endroit comme aucun autre sur terre : Des millions d’Indiens y viennent chaque année pour incinérer le corps de leurs proches, pour venir boire l’eau hyper polluée mais sacrée du Gange, pour se baigner au côté des vaches sacrées mais surtout pour prier, prier et prier. A Varanasi, tout est spiritualité et comprendre ne serait que 2-3% de la religion Hindouiste déjà est un véritable challenge. Ci-dessous, quelques photos de cet endroit si spécial…

 

L’incinération de corps. Jamais n’avais-je assisté à un tel « spectacle ».

 

 

Photos aux côtés de Sâdhus, ces hommes considérés comme sacrés dans la religion Hindouiste qu’on retrouve à chaque coin de rue. Malheureusement, du fait d’une absence de règle à suivre pour les Sâdhus, tout homme ne sachant pas quoi faire de sa vie peut se faire pousser la barbe et s’improviser Sâdhu. Ainsi, nombreux sont les « faux Sâdhus » n’hésitant pas à tendre la main pour ramasser quelques sous…

 

 

Ci-dessous, un extrait de la spiritualité de l’Inde et notamment de Varanasi. De nombreuses personnes viennent dans le Gange pour se débarrasser de leurs pêchés et s’assurer une vie meilleure…Vous verrez également à gauche des rats qui sont eux aussi sacrés dans un temple du Rajasthan près de Bîkaner. L’Inde dans toute sa splendeur ! La statue du milieu représente Shiva, l’un des piliers de la religion Hindouiste.

 

 

Autre photo de Varanasi

 

 

Mourir dans le Gange est considéré comme une bénédiction, il n’est donc pas rare de trouver des corps inertes flottant dans l’eau aux côtés de pêcheurs n’y prêtant aucune importance. Surprenant ! A gauche, vous verrez un autre endroit considéré comme sacré, la réunion des fleuves Yamuna et du Gange près de la ville d’Allahabad qui ne se mélangent pas du fait d’une densité différente.

 

 

Rajasthan

 

Le Rajasthan est l’une des régions les plus visitées de l’Inde, notamment des Français qui représentent près de 3/4 des visiteurs. Lors de mon séjour dans cet état, mon ami Jean-Luc est venu me rejoindre pendant 2 semaines. Photos ci-dessous :

 

 

Ci-dessous, quelques-uns des forts et des jolis monuments que propose le Rajasthan, un état très désertique où les dromadaires sont presque aussi nombreux que les vaches.

 

 

 

Un éléphant et un dromadaire dans des villes Indiennes…L’exotisme est à chaque coin de rue en Inde…

 

 

Je parlais des vaches sacrées qui se promènent librement partout, en voici quelques exemples :

 

Au milieu de la route à gauche, sur la plage à droite :

 

 

Dans une gare au milieu d’une foule dans la gare de New Dehli, où je me suis rendu avec l’ONG « Aman Biradari » qui vient chercher la dizaine d’enfants par jour arrivant des régions voisines, en espérant trouver un peu d’argent dans la capitale.

 

 

Ci-dessous, une femme au visage couvert comme on en rencontre régulièrement dans le Rajasthan, un état des plus conservateurs malgré l’important essor du tourisme.

 

 

Gandhi

 

Lors de mon séjour Chinois, j’avais été impressionné par l’omniprésence de Mao Zedong, le « président », qui représente pour beaucoup l’identité de l’empire du milieu. Aujourd’hui en Inde, ce n’est plus Mao mais Gandhi qui se trouve sur tous les billets de banque et forme les statues du centre ville. Je ne vous cacherais pas que je porte bien plus d’admiration à l’homme ayant permis à l’Inde d’obtenir son indépendance sans aucune violence plutôt qu’à son voisin Chinois. De nombreuses villes Indiennes ont aujourd’hui des musées rappelant la vie et les messages que Gandhi a souhaité faire passer à son peuple, la visite de certains d’entre eux furent des plus intéressantes…

 

 

Conférences

 

Les conférences dans les écoles, universités et autres organisations type Rotary club continuent. Ci-dessous quelques photos prises ces derniers jours. A signaler que les vacances d’été ont débuté ici et que je serai au « repos forcé » avec les écoles pendant environ 1 mois et demi.

 

 

Parmi les endroits intéressants visités pour donner des conférences, je retiendrai le « World United College » situé dans un petit village à une quarantaine de minutes de la ville de Pune. Arriver jusqu’à cette école est un véritable défi (routes dans un mauvais état, endroit très reculé) mais de façon surprenante, une fois arrivé, l’endroit est des plus intéressants. Plus de 70 nationalités sont représentées dans ce lycée où des jeunes de 16-18 ans viennent apprendre non seulement les cours classiques dans un environnement international mais apprennent aussi des sujets en relation avec la paix dans le monde et font des actions dans les villages Indiens environnants. Il existe aujourd’hui 12 établissements de ce type dans le monde et sa création fut la volonté d’un certain Nelson Mandela. Photo ci-dessous avec la statue de cet homme remarquable.

 

 

Avant de terminer cette brève -un peu décousue vous m’en excuserez- un mot sur une initiative réalisée dans la ville d’Ahmedabad dans l’Etat du Gujarat. Pour la première fois, les enfants de l’hôpital de Strasbourg dont je suis le parrain et avec qui je partage mon parcours ont pu parler en direct grâce à la web cam avec des enfants malades de cancer en Inde. C’était une première, le résultat fut intéressant pour les enfants malgré une barrière de la langue pas facile à gérer.

 

 

A bientôt