z204. Dans l’enfer de la Corée du Nord

Bonjour à tous,

 

La décision fut très difficile à prendre. Est-ce une bonne idée d’aller en Corée du Nord ? La première raison de ce questionnement est d’ordre éthique. Est-il raisonnable de se rendre dans le dernier pays Stalinien au monde, ce pays contrôlé d’une main de fer par un terrible dictateur ne laissant pas la moindre liberté à sa population et constituant une menace pour la communauté internationale (consideré par ailleurs par les Etats-Unis comme faisant partie de leur célèbre « axe du mal« ). Est-il raisonnable de dépenser de l’argent sachant qu’une partie non négligeable de celui-ci reviendra d’une façon ou d’une autre au gouvernement qui n’hésitera pas à l’utiliser pour développer des armes plutôt que de nourrir sa propre population (de graves famines subsistent en Corée du Nord). Le sujet est thème à débat et je respecterai les 2 avis.

 

Avant de prendre ma décision, j’ai lu de nombreux articles et livres sur le sujet mais les points de vue sont partagés. Cependant, je pense comme de nombreux experts que le voyage est une source d’ouverture d’esprit pour tout le monde (locaux et voyageurs) et qu’il doit par conséquent être encouragé. De plus, je crois qu’il est important que le monde soit informé sur ce pays qui est le moins visité au monde (1500 visiteurs occidentaux par an paraît-il). Malgré le fait que les journalistes et photographes soient interdits de séjour en Corée du Nord, j’ai reçu l’autorisation d’écrire mon compte-rendu sur mon site internet et d’envoyer une newsletter sur mon séjour. Le compte-rendu complet est très long et peut être accessible sur mon site en cliquant sur le lien suivant :

 

Bien conscient que votre temps est compté et que votre intérêt pour ce pays est peut-être limité, je vous propose ci-dessous un « petit » résumé de mon séjour en DPRK (…).

 

Dans l’enfer de la Corée du Nord

 

Passionné par la politique et la géopolitique, la Corée du Nord a toujours exercé en moi une certaine curiosité. Dans un monde où les communications sont plus rapides et efficaces que jamais et où la planète entière est connectée jours et nuits, je me suis toujours demandé comment ce petit pays de quelques 23 millions d’habitants pouvait continuer à survivre complètement coupé du reste du monde. Certes, des pays considerés comme « fermés« , il y en a encore quelques uns aujourd’hui dans le monde (Myanmar, Turkmenistan…) mais AUCUN d’entre eux n’est autant coupé du reste du monde que l’est la Corée du Nord, un pays où les mots Mc Donald’s, téléphone portable, Internet ou Coca-Cola sont totalement inconnus de quasiment toute la population. J’aurais beaucoup aimé pouvoir visiter l’Union Soviétique avant son éclatement en 1990 mais mon jeune âge ne m’a pas permis cela. Aller en Corée du Nord était donc ma dernière opportunité de voir ce qu’est un vrai pays communiste Stalinien.

 

Bien sûr, faire du stop en Corée du Nord est chose absolument impossible. J’aurais bien entendu souhaité le faire mais si il y a un endroit sur terre où cette activité est absolument impensable, c’est bien la Corée du Nord. C’est donc en avion que je suis rentré dans le pays et en train que j’en suis ressorti. Etant donné que le point de départ et d’arrivée étaient le même (Pekin), mon challenge de boucler la grande boucle en stop tient toujours la route (je ne fais pas de stop à l’intérieur des villes et lorsque je fais un aller-retour avec retour au point de départ).

 

L’autre problème qui se posait pour moi était le prix du voyage. Aller en Corée du Nord coûte cher et je n’ai pas beaucoup d’argent (je vis toujours avec un budget de 10 USD par jour en moyenne). Il me faudra donc trouver une solution pour pouvoir financer la fin de mon aventure mais je pense que c’était le bon moment pour moi de visiter ce pays notamment du fait que j’écrirai un livre à l’issue de mon parcours (à partir du 1er janvier 2008).

 

L’une des raisons pour laquelle un voyage en Corée du Nord est cher est qu’il est obligatoire de passer par une agence specialisée (« Koryo tours » dans mon cas), d’avoir sans cesse 2 gardes/guides et un chauffeur à ses côtés et qu’il n’y a que 4 hôtels dans la capitale Pyongyang susceptibles de recevoir des étrangers (tous contrôlés par le gouvernement bien entendu). Ces hôtels sont de très bonne qualité étant donné que le gouvernement souhaite laisser au visiteur la meilleure image possible du pays.

 

Avant mon départ, on m’avait dit que pendant toute la durée de mon séjour, on ne me montrerait que ce que le gouvernement souhaite montrer, qu’il me faudrait tourner la tête à droite et à gauche selon ce que j’ai le droit de voir et de pas voir et qu’on m’interdirait purement et simplement le moindre contact avec la population locale. La réalité fut en fait un poil plus souple mais il est vrai que chacun de mes actes furent très contrôlés. Chose très frustrante pour quelqu’un comme moi qui cherche avant tout les contacts humains…

Partir en voyage individuel avec 2 guides et un chauffeur est chose possible mais coûte encore plus cher. J’ai donc dû accepter l’idée de voyager en groupe, chose que je n’aime pas beaucoup en général. Cependant, le groupe fut composé de gens très intéressants ; cela fut donc davantage un plaisir qu’un problème. Bien entendu, aucun Américain ou Sud-Coréen ne figurait dans ce groupe étant donné leur interdiction de séjour en Corée du Nord. Le passeport Français, lui, ne pose pas de problème aux autorités Nord-Coréennes et le visa me fut accordé non sans avoir dû auparavant signer une attestation stipulant que je ne suis ni journaliste, ni photographe et une autre de mon employeur décrivant mon activité professionnelle (n’ayant pas d’employeur actuellement, j’ai dû demander à un proche de me faire une fausse attestation, seule solution pour passer cet obstacle).

Avant de partir, une réunion fut organisée par l’agence nous expliquant les choses que nous étions autorisés à faire et celles interdites. Ci-dessous, je vous propose quelques unes des activités interdites et acceptables m’ayant particulièrement marqué :

 

–  Toujours demander avant de prendre une photo 
–  Ne pas prendre de photos de « checkpoints », de soldats ou de personnes en train de travailler. Aucune photo de bâtiment en construction n’est tolerée, cela donne une mauvaise image du pays. 
–  Lorsque l’on prend une photo du « Great Leader », il faut toujours prendre le corps complet. Ne jamais prendre juste les pieds ou une autre partie du corps. 
–  Il est interdit d’imiter la posture du leader et de s’amuser devant une statue. Le plus grand respect est demandé. 
–  Ne jamais contredire le guide même si votre point de vue et ce que vous avez toujours appris est différent de ce que le guide vous explique. Ne jamais chercher à imposer son point de vue. 
–  Ne jamais abîmer ou déchirer le journal lorsque la photo du leader y apparaît. 
–  Ne pas apporter de télephone portable ou d’ordinateur. Aucune utilisation d’Internet n’est possible. 
–  Envoyer des cartes postales est possible mais elles seront toutes lues peu importe la langue utilisée. 
–  Ne pas apporter de livres traîtant de la Corée du Nord 
–  Ne pas apporter de drapeau Américain ou Sud-Coréen 
–  Pas de T-shirt avec drapeau ou slogan Américain ou Sud-Coréen. 
–  Musique Américaine acceptée, musique Sud-Coréenne refusée 
–  Etc,…

 

Ce voyage fut à la fois passionnant et frustrant. Passionnant car visiter la Corée du Nord, c’est un peu comme rentrer dans un livre d’histoire et revivre en réel l’époque Stalinienne où le grand leader ne s’appelle pas Staline mais Kim-Jong Il (qui a pris en 1994 la relève de son père Kim-Il Sung). Les statues du « Grand leader » appelé aussi « le President » sont partout, la propagande communiste est omniprésente, la présence de l’armée en tenue ou en civil est à chaque coin de rue, la liberté d’expression inexistante et toutes les informations données par les guides sont très orientées. Mes sens furent sans cesse éveillés lorsque je me balladais dans les rues de Pyongyang analysant chaque petit détail de la vie quotidienne.

Photos ci-dessous de 2 scènes typiques de la vie en Corée du Nord. A droite, un soldat marchant seul au milieu de champs de riz. A gauche, un agriculteur cherchant du bois avec sa vache probablement afin d’éviter à sa famille de souffrir du froid. A noter que prendre ce genre de photos, même si elles n’ont rien d’exceptionnelles, était chose absolument interdite. Elles furent prises discrètement lorsque le bus avançait.

 

 

De nombreux aspects de ce voyage étaient passionnants mais un voyage en Corée du Nord reste très frustrant car ce qui nous est montré n’est quelque part pas la réalité. Certes, nous avons vu quelques monuments, quelques musées, nous avons vu le métro de Pyongyang (ce qui est déjà un exploit), nous avons vu des danses, de la propagande, beaucoup de propagande, un bel hôtel où il nous fallait rester (hôtel qui changeait beaucoup des endroits où j’ai logé durant les 4 dernières années) mais je me suis senti trop éloigné de la réalité du pays. J’aurais aimé voir comment se nourrit la population (rations), pouvoir échanger avec les locaux, voir un magasin, etc,…Bref, mieux connaître la vie au jour le jour du Coréen moyen.

 

Lors de ce sejour Nord-Coréen, de nombreuses choses m’ont surpris, impressionné, en voici quelques-unes :

 

1) Propagande pro-Juche et Anti-Américaine

 

« Juche » signifie en Coréen « maître de son corps« , c’est à dire l’auto-suffisance. La « Juche » est la philosophie Nord-Coréenne selon laquelle le pays n’a besoin de personne d’autre pour se développer.

 

Pas besoin de parler la langue Coréenne pour comprendre l’idéologie Nord-Coréenne. Marchez 5 minutes dans les rues de Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, regardez à droite, regardez à gauche et vous comprendrez rapidement comment la population Nord-Coréenne est contrôlée. A chaque coin de rue, des slogans et dessins diabolisent l’impérialisme Americain et encense le regime Juche au pouvoir. Ci-dessous, un dessin resumant mieux l’anti-Américanisme ambiant :

 

 

La Philosophie de la Juche implique une armée ultra-présente et compétitive. Ci-dessous, quelques affiches de propagande mettant en avant la force de l’armée qu’on retrouve très régulièrement dans les rues…

 

 

Ci-dessous, le logo du parti representant les 3 forces vives de la nation : les paysans, travailleurs et intellectuels.

 

 

Et un slogan traduit en Anglais (la plupart ne sont qu’en Coréen)

 

 

2) Culte de la personnalité

 

La Corée du Nord est considerée comme le dernier régime Stalinien au monde. Le fondateur de ce régime, le « Great leader » Kim-il-Sung, décédé en 1994, est toujours consideré comme un veritable Dieu dans ce pays et ses nombreuses photos et statues donnent l’impression qu’il est toujours au pouvoir. Son fils, Kim-Jong-il, certes moins présent sur les affiches et moins charismatique a pris la relève avec autorité depuis la mort de son père et continue de contrôler fermement la population.

 

Ci-dessous, quelques-unes des affiches representant Kim-il Sung et Kim-Jong-Il prises dans les rues de Pyongyang et Kaesong, autre ville Nord-Coréenne où je me suis rendu. Les portraits des leaders se trouvent également dans tous les lieux publics (restaurants, hotels, métro…) et dans l’appartement de tous les habitants.

 

 

Ce culte de la personnalité va bien evidemment bien au dela de simples affiches. Ainsi, le calendrier adopté par la Corée du Nord ne débute pas le jour de la naissance de Jesus-Christ mais de celle du grand Kim-il-Sung. Ainsi, en Corée du Nord, nous ne sommes pas en 2007 mais en l’an 96 (Kim-il-Sung est né au mois d’Avril 1912).

Cette date est bien sûr celle qui paraît dans les journaux locaux, ces journaux qui ne parlent quasiment que de leurs leaders père ou fils et qui cherchent à mettre les Etats-Unis plus bas que terre…(la Corée du Nord est par ailleurs classée dernière dans le classement de la liberté de la presse).

Ci-dessous, une photo du « Pyongyang times« , le principal hebdomadaire en langue Anglaise imprimé en Corée du Nord. Vous remarquerez que l’information principale de la semaine est la visite du leader dans une unité militaire. J’ai eu l’occasion de feuilleter d’autres numéros des semaines précedentes, les informations furent quasiment toutes identiques et convergaient toujours vers l’activité de Kim-Jong-il, le souvenir de Kim-il-Sung, la promotion du regime « Juche » et la diabolisation de l’imperialisme Americain.

 

 

La Télévision n’est guère differente. Chaque fois que je regardais le programme proposé, je voyais des enfants embrigadés, des chants revolutionnaires et des programmes rappelant à la population que « le leader Kim-Jong-il est le soleil du 21eme siècle » et que « la formidable idéologie Juche est la meilleure au monde« . Davantage sur ce sujet dans le petit film que j’ai realisé que vous pourrez ci-dessous :

 

<embed style= »width:400px; height:326px; » id= »VideoPlayback » type= »application/x-shockwave-flash » src= »<a href="http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=837661523695584583&hl=en »>http://video.google.com/googleplayer.swf?docId=837661523695584583&hl=en » flashvars= »"> </embed></p>
<p style="text-align: justify; » class= »spip » align= »justify »> 

Ci-dessous, le genre de livres très communs dans les bibliothèques de Pyongyang :

 

 

Anniversaire Kim-Jong-il

 

Durant mon sejour, j’ai eu la chance de « participer » a l’anniversaire du leader « Kim-Jong-il », jour ferié bien entendu dans ce pays. Les célébrations furent absolument grandioses. Les danses de milliers de personnes sur la place principale resteront gravées dans ma memoire à jamais.

Quelques photos ci-dessous.

 

 

Durant ce jour particulier, l’une des coutumes locales est d’aller rendre visite à la statue du père, y deposer des fleurs et aller se recueillir face à celui qui a « vaincu les forces du mal ». Pour vous rendre à ce monument, il vous faudra traverser la « victory street » et la « glory street« .

 

En signe de respect, il est demandé à tous les visiteurs, même étrangers de faire la réverence au « Grand leader ». J’ai donc dû m’exécuter afin d’eviter des problemes même si je n’ai personellement aucune admiration pour cet homme.

 

 

3) Reunification des « 2 Corées » :

 

« La séparation des 2 Corées par les forces étrangeres est une tragédie pour le peuple Coréen« . C’est par ces mots que le guide (representant pour moi quasiment l’unique voix de la Coree du Nord) qualifia le mur de 240 kms de long separant la partie Nord de la partie Sud de la péninsule. Chose surprenante pour moi (je ne m’y attendais pas), la volonté de rassembler les 2 parties de la Corée est très forte côté Nord-Coréen. Ci-dessous, 2 dessins situés près de la DMZ (zone demilitarisée séparant les 2 Corée) illustrant cela :

 

 

Cependant, est-il possible de rassembler 2 pays aux visions diamétralement opposées ? « Oui » répond sans hésitation la guide juinior, « le Sud dispose d’une force economique, le Nord d’une force politique, nous pouvons avoir un gouvernement avec 2 idéologies différentes« . Croyez-vous vraiment que la Corée du Sud serait disposée à verser d’importantes sommes d’argent à un régime totalitaire ? « Ceux qui ne souhaitent pas donner d’argent sont des radins » enchaînera alors le guide senior.

Faire part de ses doutes étant chose non admise en Corée du Nord, j’ai donc dû m’abstenir de faire toute remarque désagréable et j’ai continué à poser des questions montrant de façon indirecte mon scepticisme, un scepticisme bien entendu partagé par tous les autres membres du groupe (à différents degrés cependant)…

Quoi qu’il en soit, la volonté de faire de la Corée un seul et unique pays est bien présente de ce côté de la frontière. Ci-dessous, un monument dedié à cette reunification.

 

 

…et un programme TV parmi tant d’autres faisant la promotion de la réunification des 2 Corée.

 

 

Ci-dessous un signal indiquant la ville de Seoul à seulement 70 kms. Distant de seulement 70 kms certes mais distant d’années lumières en terme de développement et de liberté…

 

 

4) Carences (Nourriture, energie…)

 

La Coree du Nord est certes le plus beau et le plus prospère pays au monde selon ses dirigeants, il n’en demeure qu’une proportion non négligeable de la population n’arrive pas à se nourrir correctement (graves famines lors des 10 dernieres années, Le « World food program » des Nations Unies est aujourd’hui obligé d’intervenir afin d’éviter davantage de souffrances) et n’a pas suffisament d’energie pour repondre à ses besoins.

 

Je n’ai personellement vu aucune situation de famine de mes propres yeux (les guides nous tiennent éloignés de ce genre de choses) mais j’ai pu voir à plusieurs reprises les carences en energie.

 

Ainsi, pour vous donner quelques exemples concrets, les lampadaires et feux de signalisation du centre-ville sont éteints et remplacés par de ravissantes demoiselles organisant le traffic. Voir photo ci-dessous d’une de ces dames.

 

 

Regardez aussi le petit film ci-dessous montrant leur façon de travailler : un véritable spectacle. A signaler que filmer cette scène était théoriquement interdit pour moi mais en toute discretion, il est possible de rendre la pratique quelque peu différente de la theorie…

 

Le manque d’énergie peut se voir également lors de fréquentes coupures de courant, en regardant le panorama de Pyongyang le soir où très peu de lumières sont allumées ou encore en constatant que le chauffage n’est accessible qu’à un nombre très restreint de personnes malgré le froid ambiant. Photos ci-dessous de « Pyongyang by night ». L’exemple de l’homme se chargeant d’éteindre la lumière la piste de bowling dès qu’un joueur s’absentait plus de 10 secondes a particulièrement attiré mon attention.

 

 

Autre surprise, le nombre de voitures sur les routes. Certes, je ne m’attendais pas à voir beaucoup de voitures en Corée du Nord mais je fus très surpris de voir que les routes (de qualité acceptable par ailleurs) sont absolument DESERTES. Sur le trajet Pyongyang-Kaesong (220 Kms), nous avons croisé moins de 10 véhicules, la moitié d’entre eux étant des bus. Une chose est sûre, la Coree du Nord n’est pas le premier pays a blâmer pour le réchauffement climatique…

Route entre Pyongyang et Kaesong

 

 

Même si l’auto-stop n’est pas possible en Corée du Nord, je n’ai pas pu résister à la tentation de tenter l’espace de quelques minutes (lors d’un arrêt momentané de notre bus) histoire de voir la reaction des locaux mais aucune voiture n’est venu pendant que j’attendais …

 

 

A noter qu’il n’y a pas de publicité en Corée du Nord. J’ai vu cependant 2 panneaux vantant les mérites de la voiture fabriquée en Corée du Nord. Photo ci-dessous.

 

 

5) Accord sur l’armement nucléaire

 

C’est depuis Pyongyang que j’ai appris via la BBC World (chaîne accessible uniquement depuis l’hôtel pour les touristes, interdite aux locaux) l’accord entre les 6 parties stipulant un arrêt des activités nucléaires de la Corée du Nord. A la question « Que pensez-vous de cet accord ?« , la guide junior me repond du tac au tac « c’est bien, mais je doute que les Etats-Unis respecteront leur accord, comme d’habitude !« …

 

Cet accord est certes une avancée importante mais ne « dénucléarise » pas pour autant la Corée du Nord qui garde les missiles deja fabriqués. « Nous ne souhaitons attaquer personne, souhaitons la paix et ces armes ne sont qu’un moyen de dissuader et de se défendre contre l’envahisseur Americain » me dira le guide.

Avant de vous quitter, quelques photos de livres traduits en Anglais accessibles en Corée du Nord. J’en ai acheté 2 d’entre eux histoire de pouvoir lire un autre point de vue sur l’histoire de la guerre de Corée…Toujours une bonne chose d’avoir plusieurs sons de cloche…

 

 

J’espère que cette newsletter n’etait pas trop longue.

A bientôt.

Ludo