z165. Etats-Unis : J’aime, J’aime pas

Donner un avis sur un pays n’est jamais chose évidente, étant donné le nombre de paramètres possibles à étudier et le fait que chaque pays a ses spécificités culturelles. Cependant, étant donné qu’il m’a souvent été demandé mon avis sur les Etats-Unis, voici 10 points que j’admire contre 10 points que je n’aime pas pour ce pays qui me laisse un véritable double sentiment…

 

J’aime

 

1) “When there is a will, there is a way

 

« The land of opportunities » (« le pays des opportunités ») est toujours une véritable réalité. Aux Etats-Unis, plus que nulle part ailleurs, si tu souhaites vraiment réussir et faire carrière, tu pourras y arriver. Certes, accéder au rêve Américain n’est jamais chose évidente mais les exemples d’ascensions sociales au pays de l’Oncle Sam sont très nombreux…plus que nulle part ailleurs sur terre…Par ailleurs, il est formidable de voir qu’une entreprise peut ici être créée en quelques minutes, avec un minimum de bureaucratie et d’impôts à payer au début de son activité.

 

2) Les rois du Business

 

Un pragmatisme à toute épreuve, une forte capacité à se dépasser et à réaliser des objectifs toujours plus hauts, une forte puissance de travail, une gestion du temps optimale, une grande compétence chacun dans son domaine d’activité, une bureaucratie réduite au minimum (d’autant plus appréciable en tant que citoyen Français !!!), une forte réactivité et capacité d’adaptation, notamment face aux nouvelles technologies…j’en passe et des meilleurs, les Américains sont les leaders incontestés et incontestables du business et ont beaucoup à enseigner au monde entier à ce niveau. Personnellement, mes expériences en « Business school » Américaine et dans les entreprises Américaines dans lesquelles j’ai travaillé m’ont énormément appris à plusieurs niveaux. Les qualités citées ci-dessus ne sont bien entendu pas uniquement valables pour le business mais pour une partie importante de la société Américaine.

 

3) Une belle unité

 

Même si l’opinion est aujourd’hui très divisée sur de nombreux sujets, l’unité Américaine autour de leur drapeau, notamment après les attentats du 11 septembre 2001, m’a souvent beaucoup impressionné.

 

4) Hospitalité

 

Si l’Afrique m’avait impressionné par sa « Teranga » (terre d’accueil en Wolof), l’Amérique Latine par son « mi casa es tu casa » (ma maison est ta maison), je dois avouer que j’ai aussi été très impressionné par l’hospitalité du peuple Américain, que je tiens à remercier une nouvelle fois. « Nous avons une chambre de libre, viens chez nous », « Prends ce que tu veux dans le frigo », « Fais comme chez toi » sont des phrases entendues quasi systématiquement chez les nombreux hôtes que j’ai eus aux Etats-Unis. L’Europe a beaucoup à apprendre de ses cousins d’outre-Atlantique à ce niveau…

 

5) Travail pour la communauté

 

Autre point fort des USA, dont l’Europe et notamment la France pourraient davantage s’inspirer, est l’importante aide à la communauté fournie par de nombreux citoyens Américains. Chaque lycéen se doit par exemple de faire un minimum de travail pour le bien de sa communauté, que ce soit dans un hôpital ou en aidant des personnes handicapées. Par ailleurs, je trouve très bien le fait que chaque étudiant ait l’obligation de passer des tests de premiers soins qui permettent de sauver de nombreuses vies…

S’il est vrai que l’argent a une connotation importante (probablement trop) dans la vision du succès au pays de l’Oncle Sam, le travail réalisé pour la communauté a également une importance non négligeable.

 

6) Honnêteté

 

Si je devais faire un classement des qualités que j’ai souvent retrouvé chez de nombreux citoyens Américains, le numéro 1 serait sans aucun doute l’honnêteté, valeur très appréciable et très présente aux Etats-Unis. 2 petits exemples pour illustrer cela : Dans mon université Américaine, les affiches suivantes sont très fréquentes (un Aggie est un étudiant de Texas A&M University) :

 

 

Traduction : Un Aggie ne ment pas, ne triche pas, ne vole pas et ne tolère pas ceux qui le font (la délation est une chose encouragée dans les pays Anglo-saxons à l’inverse de nombreux pays latins).

 

Dans les hypermarchés, il n’est pas rare de voir des caisses sans caissiers, où le consommateur va lui-même enregistrer ses achats. Souvent (pas toujours cependant) aucun détecteur n’est installé et personne ne vérifiera la bonne foi du consommateur…Une bonne dose de confiance est nécessaire pour cela et je n’imagine pas un tel système voir le jour prochainement en France…

 

 

 

7) « Land of freedom »

 

La liberté est une valeur très importante que chérissent énormément les citoyens Américains, dû à leur histoire.

« Freedom is not free » peut-on lire dans plusieurs lieux et sur de nombreux autocollants, se rappelant que celle-ci n’a pu voir le jour qu’après de nombreux conflits…

 

 

Même si je ne supporte d’aucune manière l’action du gouvernement Américain en Irak, notamment car j’ai bien peur que le gouvernement ne mente à son peuple sur les vraies raisons de cette guerre et ne cherche à le manipuler(lire mon article sur les Américains et la guerre en Irak), je dois avouer que pour beaucoup de citoyens Américains, cette volonté « d’apporter la liberté » à d’autres part d’un bon sentiment…

 

8) Généreux

 

En tant qu’individus, les Américains sont souvent très généreux et n’hésitent pas à donner de l’argent ou du temps pour de bonnes causes. Cependant, à l’image de l’Europe et au contraire de l’Afrique ou de l’Amérique Latine, c’est une générosité sans qu’il y ait de privation, c’est-à-dire ce sont des dons qui ne changeront en général rien ou pas grand-chose au quotidien des donneurs.

 

9) Un succès admiré, pas jalousé

 

Aux Etats-Unis, le succès est regardé avec des yeux admiratifs, chose souvent bien différente dans mon pays d’origine…

 

10) Sens du spectacle

 

Les spectacles Américains sont en général grandioses. Ci-dessous une photo prise lors d’un match de football Américain.

 

 


 

Si tous ces points montrent une certaine admiration de l’Amérique, je dois tout de même faire part de plusieurs choses qui me déplaisent aux Etats-Unis.

 

J’aime pas

 

1) Manque de considérations environnementales

 

L’environnement est sans aucun doute le facteur qui m’inquiète le plus pour le futur de notre monde. Je ne trouve pas normal que le pays le plus développé au monde fasse tellement de gaspillage (énergie, eau…) et ait tellement peu de considérations environnementales. Pour information, les Etats-Unis produisent aujourd’hui 36% des émissions de gaz à effet de serre et n’ont pas ratifié le protocole de Kyoto sous prétexte qu’il serait mauvais pour l’économie Américaine. Malheureusement, les lobbies industriels sont bien plus puissants que les lobbies écologiques…Cela dit, plusieurs Etats dont la Californie, Etat moteur des USA, ont mis en place des programmes visant à réduire progressivement la pollution, et le recyclage rentre, lentement mais sûrement, dans les mentalités de nombreux Américains. D’énormes progrès restent cependant à faire.

 

Ci-dessous, photo de la voiture à la mode aux Etats-Unis : le Hummer…Ce moyen de transport qui ressemble plus à un char de guerre qu’à une voiture, consomme près de 20 litres aux

100 Kms (réservoir de 125 litres) soit 2 fois plus qu’une voiture dite « à forte consommation » en Europe…

 

 

Ci-dessous une photo trouvée sur Internet qui compare la taille d’un Hummer à une Smart. L’un incarne la puissance et la démesure, l’autre la miniaturisation et la modernité.

 

 

Par ailleurs, plus de la moitié des Américains conduisent aujourd’hui des SUV (sorte de 4×4) consommant également beaucoup…La forte augmentation prévisible des prix du pétrole dû à sa raréfaction progressive (disparition en 2030 ? 2040 ?) pourrait faire très mal à l’économie Américaine si la tendance devait continuer (chose très probable). Les ventes de voitures

hybrides, bien meilleures pour l’écologie, ont quant à elles bien du mal à démarrer…

 

2) Manque de considérations mondiales

 

Lors d’une précédente brève, je donnais quelques pistes de réflexion sur la fermeture de nombreux Américains vis-à-vis du monde (lire article). Cette « ignorance » du monde extérieur (qui existe dans tous les pays du monde) ne poserait pas grand problème si son gouvernement n’était aussi actif sur la scène internationale. Mon principal problème touche à l’unitéralisme et cette volonté d’agir à travers le monde seul, sans prendre en compte le point de vue de ses voisins.

 

3) Manque de considérations humanitaires

 

Les chiffres parleront mieux que de longs discours…Les Etats-Unis, même s’ils restent le plus gros donneur en volume, doivent faire bien mieux pour aider le développement du tiers-monde…

 

Ci-dessous le classement des 22 pays les plus développés en terme d’aide en comparaison avec le PNB de leur pays (l’objectif est d’arriver à 0.7% du PNB pour réaliser les objectifs du sommet du Millenium). Chiffres 2004, source OCDE.

 

1. Norway 2,200 (millions de dollars d’aide) soit 0.87% de leur PIB. 2. Luxembourg 241- 0.85 % 3. Denmark 2,025 – 0.84 % 4. Sweden 2,704 – 0.77 % 5. Netherlands 4,235 – 0.74 % 6. Portugal 1,028 – 0.63 % 7. France 8,475 – 0.42 % 8. Belgium 1,452 – 0.41 % 9. Ireland 586 – 0.39 % 10. Switzerland 1,379 – 0.37 % 11. United Kingdom 7,836 – 0.36 % 12. Finland 655 – 0.35 % 13. Germany 7,497 – 0.28 % 14. Spain 2,547 – 0.26 % 15. Canada 2,537 – 0.26 % 16. Australia 1,465 – 0.25 % 17. Austria 691 – 0.24 % 18. New Zealand 210 – 0.23 % 19. Greece 464 – 0.23 % 20. Japan 8,859 – 0.19 % 21. United States 18,999 – 0.16 % 22. Italy 2,484 – 0.15 %

 

4) Manque de considérations humanistes

 

Le peu de considérations sociales données par les entreprises Américaines me paraît dangereux à terme car ils ne font qu’accentuer l’écart riches-pauvres déjà très important (lire article sur la Wal-Martisation du monde). Même si je supporte un modèle plus libéral que le système Français, je pense que le modèle d’entreprise que souhaitent imposer les multinationales Américaines au monde va à l’encontre du bien-être des peuples, négligeant les besoins de l’humain. L’impérialisme d’aucune sorte ne me paraît être la bonne solution pour le monde de demain.

 

5) Les médias

 

Plus je voyage, plus je me rends compte du danger des médias qui peuvent facilement manipuler la population et faire passer les messages souhaités. Aux Etats-Unis, plus qu’ailleurs, les médias sont un véritable business où l’objectif principal est de « vendre » avant de souhaiter rendre le lecteur ou l’auditeur moins ignorant et mieux informé.

 

Je trouve les médias Américains pas assez neutres cherchant à influencer d’un côté ou l’autre le point de vue des auditeurs. Je pense personnellement que le rôle d’un journaliste est de se contenter de faire part de ce qui se passe sur le terrain et de peser le pour et le contre. L’exemple de Fox News, chaîne pro Républicaine par excellence, est très frappant de ce manque d’objectivisme. Son présentateur favori, Bill O’Reilly, encourageant le boycott des produits Français aux Etats-Unis et « va t-en guerre » non modéré, est au paroxysme de ce que la télévision peut apporter de pire à ses auditeurs.

 

De plus, je trouve que les nouvelles tournent beaucoup trop autour des stars, du sensationnel et des faits divers et que les émissions « intellectuelles » et de réflexion ou de culture sont trop peu nombreuses…

 

En règle générale, la télévision Américaine aime montrer des images fortes, les unes après les autres, en insistant sur les problèmes mais ne prennent souvent pas le temps d’expliquer le contexte et de permettre la compréhension du phénomène aux auditeurs.

 

Personnellement, mon expérience avec le talk-show « The Tonight show with Jay Leno » qui m’a affirmé pendant 10 mois vouloir me faire présenter mon aventure, m’interdisant de contacter d’autres talk-shows avant de finalement changer d’avis en dernière minute m’a beaucoup refroidi.

 

6) Manque de culture

 

Conséquence logique du point précèdent, le niveau de culture générale et de connaissance du monde extérieur est en moyenne très faible aux Etats-Unis.

Outre les chiffres de l’étude faite par National Geographic sur le peu de connaissances géographiques et historiques des jeunes Américains, que je vous avais donné dans une précédente brève, je trouve l’anti-intellectualisme ambiant assez gênant pour ne pas dire inquiétant aux Etats-Unis… Ce manque de culture de trop de gens (à ne pas généraliser bien entendu, beaucoup se battent contre cela) se traduit notamment par un manque de sens critique, qui peut devenir très problématique quand il s’agit de choisir un président, qui de surcroît joue un rôle plus que prépondérant sur la scène internationale. Je trouve la politique étrangère des Etats-Unis actuelle et passée absolument révoltante, et la guerre en Irak n’en est que l’exemple le plus récent. Très dangereux.

 

7) Société de consommation poussée à l’extrême

 

Regardez à la télévision une série type « Friends », vous aurez 6 à 7 coupures publicitaires en moins de 30 minutes ; rentrez à la maison, vous pouvez être sûr que vous aurez au moins 3 coups de fil d’entreprises souhaitant vous vendre un produit ou service ; prenez votre courrier, vous aurez un nombre impressionnant de publicités qui vous attendront…Vivre aux Etats-Unis c’est vivre dans une société où vous vous sentirez toujours en besoin perpétuel d’acheter quelque chose de nouveau sous peine de vous retrouver en situation de manque…et pour cause, les rois du Marketing sont très forts pour créer des besoins et ont réussi à faire en sorte que le shopping soit devenu en quelques sortes le sport national des Etats-Unis et ce, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 et souvent même à découvert…La raison à cela est peut-être un besoin de compenser le point précédent ???

 

8) Société « Fast-food »

 

Le style de vie Américain devient parfois trop « fast ». Dans une société où l’argent et la consommation (matérialisme) ont pris une place très, trop importante, le rythme de vie devient parfois quelque peu chaotique. Les repas ne sont souvent plus pris en famille mais au « fast-food » (les chaînes du type Mc Donald’s, Burger King sont omniprésentes aux Etats-Unis) ou chacun de son côté devant la télévision ; les parents n’ont souvent plus le temps de rester avec leurs enfants et compensent leur absence par l’achat de consoles de jeux ou autres types de matériel que les enfants consomment souvent sans modération (jeux par ailleurs souvent violents)…Les relations humaines deviennent ainsi de plus en plus superficielles et certaines valeurs importantes se perdent (surtout dans les grandes villes). Je trouve cela bien dommage (pas seulement aux USA).

 

Un des premiers revers de la médaille que commencent à sentir les Américains avec ce style de vie est le problème de l’obésité qui prend chaque jour des proportions plus importantes et inquiète les professionnels de la santé. En effet, les dépenses de maladie du pays se multiplient d’année en année et une partie importante de la population perd un dynamisme certain… Aujourd’hui, plus de 60% de la population Américaine est considerée comme « overweighted » (en surpoids). L’Etat du Mississipi est en haut de l’affiche avec 25% de sa population considérée comme obèse, et le Texas compte pas moins de 5 villes dans le top ten des villes les plus obèses (les 2 villes « leaders » de ce top 10 sont Houston et Detroit).

 

Ci-dessous, une image aujourd’hui très fréquente aux Etats-Unis (à signaler que l’obésité est un problème grandissant en France également) :

 

 

Ci-dessous une photo prise dans un Burger King. Aux USA, les tailles ne sont pas « Petit-Moyen-Grand » mais « Moyen-Grand-Super Grand », la taille extra large (Supersize) est également souvent offerte, la boisson équivaut dans ce cas à près de 2 litres !!!

 

 

Ci-dessous, une photo d’un « mug » utilisé par les chauffeurs de poids lourds. Fréquemment, les chauffeurs remplissent leur container de café, coca ou autres, le boivent pendant le chemin et le remplissent à nouveau dans les stations services qui ont chacune leur fontaine…Inquiétant…

 

 

 

9) Uniformité

 

Que vous alliez à Seattle, Portland, Houston, Orlando, Minneapolis ou encore Indianapolis, les villes et surtout les banlieues sont aujourd’hui très similaires, avec des chaînes franchisées de toutes sortes se succédant les unes aux autres (lire mon article sur la Walmartisation du monde). Si je suis parfaitement conscient que cette évolution est dans « l’air du temps », je trouve très dommage que ce modèle s’exporte si bien à l’échelle mondiale et fasse progressivement disparaître l’aspect unique de nombreuses communautés à travers le monde.

 

Par ailleurs, la volonté du gouvernement Américain et de nombreuses entreprises d’imposer leur modèle sur la planète – sans aucune considération culturelle – me paraît très dangereuse à terme. (lire mon article sur le New American Century project).

 

10) Individualisme

 

L’auto-stop est un excellent baromètre du niveau d’individualisme d’un pays car il permet de voir le niveau d’entre aide entre 2 personnes inconnues au premier abord. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je trouve qu’aux Etats-Unis le niveau d’entre aide entre personnes ayant été présentées ou connues est plutôt bon mais celui entre personnes ne se connaissant pas, très faible. Outre le fait que le système Américain soit basé sur le « chacun pour soi » et sur un style de vie rapide (point 9), je pense que la principale raison à cela soit la culture de la peur instaurée par les médias Américains. « Mais comment est-il possible que tu aies fait 30 mois de stop sans te faire agresser ? Les fous sont partout de nos jours » m’a-t-on souvent demandé…

 

Peut-être parce que je relativise ce que les médias disent et fais confiance à mon instinct, en gardant les yeux ouverts et en utilisant un petit peu de bon sens…Oui, les risques de rencontrer un criminel existent mais les chances de rencontrer quelqu’un de bien sont bien plus importants…Heureusement…

 

A bientôt.