z153. New-York, the city that never sleeps

C’était il y a 4 ans, je faisais mes premiers pas dans cette ville qui a inspiré tant de chanteurs, d’artistes et de poètes. Encore dans le métro, je demande naïvement à la personne assise à côté de moi « à quelle heure ferme le métro le soir ? », cet homme noir type Jamaïcain me répond alors du tac au tac « Come on, man ! You’re in the city that never sleeps, it never stops » (« Hey, mon grand, tu es dans la ville qui ne dort jamais, le métro ne s’arrête pas ici »). Le ton est donné. Je sors alors à la station « Times Square, 42nd street« , celle que j’avais vue à la TV avec toutes les grandes publicités…A peine sorti dans la rue, le choc est terrible, des milliers de personnes marchant dans tous les sens, des immenses publicités lumineuses aveuglantes et des immenses buildings me font littéralement perdre mes repères et il me faut quelques secondes pour comprendre ce qu’il m’arrive. Oui, je suis à New York, ville la plus peuplée des Etats-Unis et centre financier du monde. Aujourd’hui, 4 ans plus tard, c’est en stop que j’ai rejoint la ville qui ne dort jamais.

 

New York est, après San Francisco, ma ville préférée aux Etats-Unis. Loin des traditionnelles grandes villes aux longues routes où se succèdent Wal-Mart, Target, Mc Donald’s, Burger King, KFC et autres, dans des styles homogènes les uns après les autres, New York a un certain charme et surtout un brassage de nationalités et culturel qu’aucune autre ville sur terre ne peut égaler. Si la langue officielle est bien entendu l’Anglais, des centaines d’autres langues peuvent être entendues en tendant l’oreille au grès de balades dans différents quartiers. Logeant actuellement chez des amis d’origine Russe, j’ai par exemple pu me sentir en Russie lors de mes sorties à Brighton beach dans Brooklyn mais aussi en Chine dans Chinatown, en Italie dans little Italy ou encore en Grèce à Astoria (Queens).

 

Le « Melting pot » (mélange racial) Américain n’est en fait qu’une apparence. A travers mon expérience personnelle vivant dans plusieurs villes chez des immigrés récents, j’ai pu me rendre compte à quel point il est possible de vivre aux Etats-Unis sans avoir le moindre contact avec des Américains ou même leAmerican way of life. Par exemple, il sera parfaitement possible pour un immigré Russe d’acheter ses céréales favorites Russes :

 

 

Sa bière Russe :

 

 

Son riz Russe :

 

 

Aller au restaurant Russe :

 

 

 

Regarder des films étrangers en Russe :

 

 

ou pouvoir s’orienter sans avoir à apprendre l’Anglais et sans rencontrer le moindre Américain :

 

 

Cela est la même chose pour les Hispaniques, Asiatiques ou autres ressortissants étrangers souhaitant profiter du « American dream » (le rêve Américain) sans pour autant prendre part

au « American way of life » (le style de vie Américain).

 

New York City ne laisse jamais personne indifférent. Cette mégapole, formée de 5 « boroughs » (Manhattan, le Bronx, Staten Island, Brooklyn et Queens) et comptant quelques 10 millions d’habitants, écrase par son gigantisme ou envoûte par sa diversité. Elle est la deuxième ville la plus visitée au monde après Paris (cocorico !!!).

Se balader dans les rues de New York, c’est un peu comme se balader dans l’histoire cinématographique Américaine où chaque coin de rue rappelle des séances de films. De Superman à King-kong en passant par un prince à New York, je suis toujours fasciné par ces décors qui ont bercé mon enfance.

 

En arrivant à Manhattan, il faut se préparer à se prendre un coup sur la tête, « wow » est l’expression la plus souvent utilisée pour décrire l’immensité se situant à tous les niveaux. Des longues limousines aux gratte-ciel touchant quasiment les nuages, le visiteur doit s’attendre à souvent sortir son appareil photo mais aucun cliché ne pourra remplacer l’atmosphère si spéciale et cosmopolite qui règne dans cette ville.

 

Fondée en 1624, New York est la plus ancienne des grandes villes des USA. Si elle évoque aujourd’hui les affaires, la culture, les gratte-ciel et la foule, alors que les villes d’histoire sont Boston, Philadelphie ou Washington DC, c’est sans doute parce que le dynamisme de cette cité en perpétuel changement fait oublier toute tradition, toute histoire.

 

Quelques photos de New York pour illustrer the city that never sleeps.

–  Times Square : Situé sur la 42ème rue, Times Square est surtout réputé pour ses nombreuses pubs lumineuses et le passage de Broadway, avenue sur laquelle se concentrent de nombreux théâtres où se jouent les comédies musicales les plus connues (Chicago, Blue man, Stomp…)

 

 

 

 

–  Wall Street : New York rime bien sûr avec argent, le « stock exchange » de Wall Street en est le symbole.

 

 

–  Le taureau : Sur leur chemin du travail, les « traders » travaillant à Wall Street viennent toucher les cornes de ce fameux taureau afin d’avoir la chance de leur côté. J’ai pour ma part touché les cornes dans l’espoir de ne pas avoir à passer trop d’heures au bord de la route le pouce tendu…Chacun a ses propres voeux.

 

 

–  « Ground Zero » : Après les attentats du 11 septembre 2001, le gouvernement Américain a décidé de reconstruire un nouvel édifice qui sera semble t-il le plus haut du monde (le contraire m’aurait étonné !). Les travaux vont bon train. Sur la droite, vous pouvez voir la croix restante de la structure de l’ancien « World Trade Center ».

 

 

Une liste des noms des victimes est affichée sur les grillages de protection.

 

 

–  Quelques uns des gratte-ciel du côté Sud de Manhattan pris depuis le « Brooklyn Bridge » (Pont de Brooklyn).

 

 

–  New York c’est aussi bien sûr la statue de liberté située à la pointe de Manhattan :

 

 

Au niveau des nouvelles personnelles, je suis actuellement, comme je vous l’avais fait savoir dans une précédente brève, en pleine tournée de conférences. J’ai en général entre 2 et 3 conférences par semaine. Celles-ci se passent dans des différentes organisations : Rotary club, alliances Françaises, lycées, universités ou bibliothèques. Ci-dessous une photo prise lors d’une conférence dans un Rotary club près de Boston, ville où je suis actuellement.

 

 

A bientôt.