z152. Histoires d’auto-stop

Faire du stop permet de rencontrer toutes sortes de gens et vivre quelques heures ou minutes de leur quotidien. Détailler toutes mes rencontres sur mon site n’aurait évidemment que peu d’intérêt, malgré le fait que chacune des personnes m’ayant pris en stop jusqu’à aujourd’hui a toujours eu quelque chose à m’apprendre, ou quelque chose rendant cette personne unique.

 

Régulièrement, mon rôle d’auto-stoppeur se transforme en confident ; certains chauffeurs ayant besoin de parler – et sachant pertinemment qu’ils ne me reverront pas – me parlent de leur vie privée. Voici ci-dessous un exemple qui s’est passé il y a quelques jours.

 

Il est 10h du matin. Je suis dans la ville de Key West, ville à l’extrême sud de la Floride, avec pour objectif de rejoindre la ville de Miami située à 3 heures de route au Nord. Comme chaque fois que je pars faire du stop, je marche jusqu’à la sortie de la ville, de façon à éviter les gens restant sur place et pouvoir sortir mon pouce en direction de gens souhaitant quitter la ville.

 

Alors que je marche tranquillement au bord de la route, un homme d’une cinquantaine d’années s’arrête et me dit « tu vas où ? » « Miami », je lui réponds. « Wow, mais c’est super loin, tu y vas à pied ? » « Non, je marche jusqu’à la sortie de la ville pour faire du stop » je lui réponds. « Viens, je t’emmène un peu plus loin » me dit-il.

A peine entré dans sa voiture, je lui explique rapidement mon aventure autour du monde, lui paraissant pour le moins abstrait. « Tu vois, moi, je ne suis quasiment jamais sorti de Key West, je suis jardinier depuis toujours, j’habite sur un petit bateau car les loyers ici sont trop chers et je viens de réaliser un de mes rêves, m’acheter ma propre voiture ; je fais aujourd’hui de temps en temps le tour de la ville pour en profiter ». « Vous n’êtes quasiment jamais sorti de Key West ?!!, n’aimeriez vous pas un jour connaître autre chose ? » je lui demande « Oh oui, j’aimerais un jour aller à Miami avec ma voiture, c’est mon prochain rêve ; j’ai tellement entendu parler de cette ville, mais c’est loin et j’ai peur d’y aller seul, j’ai toujours eu peur de l’inconnu »…Etant donné que nous commençons à sortir de la ville et qu’il y a plusieurs stations services où je pourrais trouver un futur chauffeur, je lui propose de me déposer, je me dis qu’il pourra alors retourner tranquillement à ses activités, mais il répond qu’il apprécie l’opportunité de pouvoir parler et souhaite continuer.

Les kilomètres s’accumulent et cet homme me raconte toute sa vie, ses problèmes et sa solitude, me disant qu’il n’a aucun ami pour se confier et que ça lui fait du bien de pouvoir parler. Aimant penser que « la nature nous a donné deux oreilles et une bouche pour écouter le double de ce que l’on dit », j’écoute les histoires de ce brave Monsieur, lui pose des questions et le sens heureux de s’exprimer, tellement heureux qu’il m’emmènera finalement jusqu’à Miami, lui faisant faire un détour de 6 heures aller-retour !!! Cela semble incroyable mais c’est pourtant ce qui s’est passé ; cet homme me dira à la sortie qu’il avait déjà eu des pensées suicidaires et que de m’avoir connu va lui changer sa vie, le poussant à avoir des objectifs et les réaliser…

 

Je suis alors sorti de la voiture le remerciant, il me répond alors « Ne me remerciez pas, vous m’avez donné un nouveau goût à la vie et je suis maintenant à Miami avec ma voiture, un vrai rêve »…C’est beau l’auto-stop !!!

 

Autre histoire originale.

 

L’auto-stop est une pratique illégale dans plusieurs états des USA, la Floride étant l’un d’entre eux. A plusieurs reprises, il m’a donc fallu être le plus discret possible de façon à éviter les problèmes avec les autorités. En deux mois de stop au pays de l’Oncle Sam, environ 5-6 policiers m’ont fait la remarque de l’interdiction de l’auto-stop mais n’ont pas cherché à m’embêter, me laissant tranquillement au bord de la route, voyant bien que je ne suis pas une source de problème.

Ce dimanche 19 décembre, je quitte Miami en stop pour partir vers le nord. Alors que je suis dans une station service à demander poliment la destination des clients venant chercher de l’essence, un policier vient vers moi et demande d’un ton sec « Que fais tu ? ». J’explique alors très calmement au policier mon aventure lui montrant mon book média avec les articles de presse (qui m’a aidé à de nombreuses reprises) et lui dis que je cherche à rejoindre le nord de la Floride en stop. Visiblement peu satisfait de mes explications, il me dit qu’il me laisse 2 choix : soit venir avec lui directement en prison ( !) soit appeler un taxi qui me fasse sortir de l’autoroute. Je lui explique alors que mon challenge est de faire le tour du monde sans dépenser le moindre frais de transport, je ne peux donc pas payer le taxi et lui propose que je marche les 6 kms jusqu’à la prochaine sortie. Il me répond qu’il n’en a rien à faire de mon challenge et que si je n’accepte pas de prendre un taxi, il se fera un plaisir de m’emmener en prison…N’ayant pas une grande envie de passer mes fêtes en prison et encore moins de payer un taxi qui irait à l’encontre du challenge poursuivi, je tente de négocier 5 minutes de stop supplémentaires afin de pouvoir me rendre à la prochaine sortie. Coup de chance, avant même d’avoir terminé la conversation, un homme faisant son plein d’essence, ayant entendu la conversation, me propose de m’emmener à la sortie suivante, je peux alors quitter le policier tout en restant très correct. Celui-ci me laisse partir me prévenant de ne pas revenir.

 

A peine arrivé à la prochaine sortie, je sors de la voiture du gentil Monsieur, marche quelques centaines de mètres et 3 voitures de police viennent m’encercler comme un véritable criminel. Plutôt surpris d’un tel accueil, je respecte leur volonté de rester calme, je me laisse fouiller et réponds à leurs questions leur expliquant avec diplomatie mon aventure. A l’inverse de leur confrère, ces policiers semblent intéressés par mon tour du monde, me posent de nombreuses questions, regardent quelques photos et lisent quelques articles. Quelques minutes plus tard, ils me prendront en stop et m’aideront à trouver une voiture me permettant d’aller plus loin…Ils me diront aussi qu’ils sont venus vers moi car l’autre policier les avait alertés…Il faut de tout pour faire un monde…Voici une photo de ces gentils policiers compréhensifs..

 

 

Ci-dessous, je vais vous écrire quelques phrases qui m’ont été prononcées en situation de stop ces dernières semaines. Certaines sont négatives, d’autres positives, les Etats-Unis – comme les autres pays du monde – disposent de gens adorables, comme de véritables idiots.

 

–   Dans une station essence en Louisiane après m’être présenté et avoir expliqué mon aventure « You are French ? I don’t want any Frenchman in my car ! » (vous êtes Français ? Je ne veux pas de Français dans ma voiture) 
–   Toujours en Louisiane le jour de Thanksgiving day, une voiture s’arrête alors que je suis au bord de la route, et un homme me dit « Désolé, je ne vais pas dans votre direction mais si vous souhaitez passer Thanksgiving avec nous, nous en serions ravis »…Etant attendu dans une autre ville, j’ai gentiment refusé l’invitation mais ai beaucoup apprécié le geste… 
–   Dans une station en Floride, un homme me dit en me serrant la main « You are French ? I love your country, I would really like France and the US to get along better together » (Vous êtes Français ? J’adore votre pays, j’aimerais tellement que la France et les Etats-Unis s’entendent mieux). 
–   En Floride, un homme d’une cinquantaine d’années « No way I will give you a ride, look at the registration licence and the stickers on my car » (Jamais je ne vous emmènerai, regardez les autocollants sur ma voiture et ma plaque d’immatriculation) (voir photos ci-dessous).

 

 

 

Ceux-ci ne sont que quelques exemples rencontrés, je pourrais bien sûr en citer de nombreux autres, positifs comme négatifs. Dans chaque pays traversé jusqu’à maintenant, j’ai rencontré toutes sortes de gens, des égoïstes, des généreux, des intelligents, des stupides…

 

Le stop aux Etats-Unis me semble cependant bien plus difficile que nulle part ailleurs sur cette planète. La raison à cela est qu’il règne ici une culture de la peur de l’étranger et de l’individualisme, plus importante qu’ailleurs. Seul aux Etats-Unis, j’ai pu par exemple rester au bord de la route sous une forte pluie pendant longtemps, sans que personne ne s’arrête, regardant passer des centaines de voitures passer…

 

Pour terminer, quelques photos de Floride :

 

Miami

 

–  Miami est une ville très sympa, à grande consonance latine (environ 3/4 de la population de la ville). Photo ci-dessous de South Beach, les bars se succédant les uns aux autres sur la gauche, et la plage étant sur la droite.

 

 

Key West

 

La route menant à Key West à l’extrême sud de la Floride (voir carte ci-dessous) est très jolie, avec de nombreux ponts reliant ces petites îles.

 

 

 

 

Key West est pour beaucoup d’Américains l’endroit rêvé, car alliant le soleil à la mer et à la fête.

 

 

L’influence homosexuelle est très importante ici, les drapeaux multicolores sont devant de nombreux bars et magasins, et les taxis souvent roses…

 

 

Key West, c’est aussi le point le plus au sud des Etats Unis.

 

 

Un monument pour les milliers de victimes Cubaines ayant cherché à quitter le régime de Fidel Castro et rejoindre les USA est érigé au point le plus au sud. Cuba se trouve à environ

150 Kms de ce point.

 

 

A bientôt