z141. Mi casa es tu casa

469 jours, soit 1 an, 3 mois et 12 jours depuis mon arrivée en voilier le 29 mai 2003 sur le continent Sud-américain – dans la superbe île de Fernando de Noronha, au large des côtes Brésiliennes – jusqu’au 10 septembre, jour de mon départ de l’Amérique latine pour rentrer dans une nouvelle étape de mon tour du monde en stop : Le tour des Etats-Unis.

Lors de ce séjour latino-Américain, 16 pays ont été traversés, 3 langues ont été parlées (Anglais à Belize, Portugais au Brésil et Espagnol dans les autres pays) et une quinzaine de langues ont été entendues (Quechua au Pérou, Nahuatl au Mexique, Créole sur toute la côte Caraïbes, Kunas dans les îles de San Blas à Panama, et de nombreuses autres langues indigènes). 186 chauffeurs m’ont pris en stop, environ 6500 Euros ont été dépensés (comptant assurances et autres « faux frais »), et environ 28 000 Kms ont été parcourus (en comptant mon séjour en Antarctique).

 

Ce séjour latin m’a apporté beaucoup de joies et de satisfactions. Outre l’apprentissage de 2 nouvelles langues (Portugais et Espagnol), j’ai appris à mieux comprendre la manière d’agir, la forme de pensée et la culture où plutôt les cultures qui forment cette partie du monde absolument passionnante que je recommande sans aucune hésitation à chacun d’entre vous. Faire ce tour du monde en stop et en solitaire permet également de mieux se connaître soi-même et d’être plus proche des populations locales.

Je tiens à profiter de cette brève pour remercier toutes ces personnes adorables rencontrées en Amérique latine, notamment celles qui m’ont accueilli dans leur foyer. Je garderai un excellent souvenir de ces quelques mois extraordinaires et me rappellerai toujours de cette belle formule tant appliquée dans cette partie du monde : « Mi casa es tu casa » (Ma maison est ta maison). Merci !

 

Ci-dessous, quelques photos de mes hôtes latins qui ont été plus adorables les uns que les autres. Ce collage de portraits est représenté sous forme de la croix Andine, symbole Inca de communication entre le monde concret et le monde spirituel, et symbole de l’entre-aide.

 

 

Me voilà aujourd’hui dans la ville de Houston, au Texas, dans un monde complètement différent que je connais bien pour y avoir vécu pendant plus d’un an en 2000-2001. J’étais alors étudiant dans l’université de Texas A&M (2 heures au nord de Houston). Une année qui fut très formatrice pour moi, notamment au niveau de l’ouverture d’esprit, et qui a joué un grand rôle dans la décision de me lancer dans cette aventure autour du monde.

 

Malgré le fait que je ne sois personnellement pas en accord avec le gouvernement et avec une partie de la population (Attention de ne jamais généraliser !!!) pour leur manque de considération humaniste et environnementale, et cette idéologie trop matérialiste qui veut que plus j’aurais dans le portefeuille plus j’aurais réussi – cherchant ainsi à obtenir toujours plus – je suis très heureux d’arriver dans ce pays. Un pays où les gens sont souvent très accueillants et développent une culture de l’excellence alliée à une force de travail toujours impressionnante.

 

Dans ce pays commencera une nouvelle aventure que j’expliquerai dans une toute prochaine brève.

 

A bientôt.