z138. Rencontre : Sergio Castro à San Cristobal, Mexique

C’est grâce à Maya Solidarité, association Française basée à Strasbourg, que je suis mis en contact avec ce Monsieur dont je n’ai jamais entendu parler auparavant. « C’est un homme formidable, tu dois le rencontrer » me dira Philippe Studer, président de l’association. Quelques coups de téléphone plus tard, le rendez-vous est fixé, je peux rencontrer M. Sergio Castro, ce « héros » comme l’indique ce journal Mexicain lui ayant réservé une page entière.

 

 

Un surdoué, un altruiste, un courageux, Sergio Castro sait tout faire et sait en faire profiter les autres. Récit d’une rencontre avec un homme pas comme les autres.

Voila 40 ans, ce jeune Mexicain au look bien particulier (voir photo ci-dessous), originaire de l’Etat de Chihuahua au nord du Mexique et diplômé d’agronomie, vient quelques jours dans l’Etat du Chiapas, un Etat du sud du Mexique comptant environ 4 millions d’habitants (dont 1/4 d’indigènes) et faisant 14 % de la taille de la France. Lors de ce voyage, Sergio découvre les conditions de vie très précaires (taux d’analphabétisme très élevé, forte pauvreté, mauvaises conditions sanitaires…) des indiens Mayas, les descendants de ceux que tout le monde connaît. Révolté à la vision de ces conditions de vie, il décide alors de sortir du circuit traditionnel, que tous ses compagnons d’études suivront, et ainsi de consacrer sa vie au développement de toutes les communautés indigènes de la région de San Cristobal (voir carte ci-dessous).

 

 

Sergio avec son bandana habituel autour de la tête :

 

 

Sergio s’est donc rapidement donné les moyens de ses ambitions et a appris rapidement à parler 7 langues, dont 3 langues mayas, afin de pouvoir communiquer avec les indigènes ne parlant pas Espagnol. Progressivement, les indigènes lui ont accordé toute leur confiance, Sergio pouvait alors commencer son travail. Et quel travail !

De simple professeur d’agronomie permettant aux indigènes de mieux produire, Sergio a étendu son champ d’action, et offre aujourd’hui à tous les indigènes de la région les services suivants, tenez-vous bien :

 

–  Amélioration des techniques de production : Sergio Castro est de formation ingénieur agronomiste. Afin d’aider à obtenir une production plus variée et plus efficace, il enseigne régulièrement aux indiens de nombreuses techniques de récolte.

–  Construction d’écoles : Convaincu qu’une amélioration sensible de la situation ne peut passer que par une meilleure éducation, Sergio a construit en 40 ans 23 écoles primaires (avec latrines et douches dans la plupart des cas) à travers toute la région. Pour en faire la demande, le village doit se réunir, former une commission de pères de famille qui doit soumettre la requête, participer à la construction, et maintenir l’école une fois construite. Le gouvernement ne se charge que de fournir les professeurs que Sergio choisit lui-même.

–  Soins médicaux : Devant la forte demande de soins médicaux, Sergio s’est auto formé afin de devenir médecin. Chaque matin, Sergio se déplace de communauté en communauté pour soigner les indiens malades ou gravement brûlés (chose très fréquente, du fait de la place prépondérante du feu dans leur culture). « Les services offerts dans les hôpitaux sont en général de très mauvaise qualité, les patients sont traités à la chaîne » m’expliquera Sergio. Une importance toute particulière est également donnée à l’information sur l’hygiène, des choses pouvant souvent paraître simples mais qui ne leur ont jamais été inculquées (ex. régulièrement se laver les mains, boire l’eau la moins polluée possible…)

Visite et traitement d’un enfant brûlé au 3ème degrès lors de ma visite puis d’un grand-père très malade entouré de sa famille :

 

 

 

–  Construction de puits et de réservoirs d’eau : Les communautés indigènes, n’ayant en général pas accès à l’eau potable, Sergio participe à de nombreux projets permettant d’améliorer leurs conditions sanitaires.

 

Pour financer son activité, Sergio a créé un musée. C’est de 18h à 20h que tous les soirs, il vient expliquer aux touristes de passage, la vie, les coutumes et les problèmes des communautés indigènes du Chiapas. Ce musée n’est pas payant mais les dons sont les bienvenus, ainsi que toutes sortes de médicaments, principalement ceux pour lutter contre les graves brûlures. De plus, certaines associations lui font des dons pour lui permettre de continuer son travail. Maya Solidarités est l’une de celles-ci.

 

C’est par un travail de tous les instants que cet homme hors du commun permet à toutes les communautés indigènes environnantes de vivre dans de meilleures conditions.

 

Etre accompagné dans son projet ? « Il n’en est pas question, j’ai déjà essayé, ça n’a pas été concluant ; on n’est jamais mieux servi que par soi-même« …

Bravo l’artiste ! Un monde meilleur ne peut passer que par une multiplication de tels projets…

Contact Maya Solidarité : 5 rue du collège 67201 Eckbolsheim Tél. 03 90 40 13 11 ou 03 88 78 03 31 ou philippe.studer@wanadoo.fr

N’hésitez pas à les contacter pour obtenir davantage d’informations sur cette association.

 

Pour terminer, une jolie photo d’une indigène en plein travail de tissage :

 

 

A bientôt