z132. Un matin à San Salvador

San Salvador, capitale de El Salvador. Mardi 22 juin 2004.

 

Il est 08h55 ; comme tout bon Alsacien (cf. Pour les étrangers, l’Alsace est ma région d’origine située en France, à la frontière avec l’Allemagne), j’arrive en avance au parque Libertad pour mon rendez-vous de 09h00 avec le canal 33, pour la réalisation d’un reportage sur mon aventure. Je suis assis sur les marches du monument de la place et j’observe…Récit d’une journée comme toutes les autres dans cette ville.

 

San Salvador est une ville sans véritable charme, mais très vivante ; à 09h00, le centre ville bat son plein. Extraits de scènes quotidiennes.

 

–  « Trois rasoirs pour 1 dollar » (le dollar Américain est la monnaie utilisée à El Salvador) crie ce Monsieur d’une quarantaine d’années, d’apparence fatiguée et pas très propre sur lui.

–  Sur la place principale, un homme, bible à la main, récite à haute voix de nombreux versets et parle avec conviction et force de ses croyances, que partagent de nombreuses personnes dans la rue.

 

 

–  Un bus passe devant moi, sa radio ne diffuse pas de la musique mais une cassette d’un homme criant l’importance d’une croyance religieuse. « Señor bendiga mi camino » (le seigneur bénie mon chemin) ou « gracias señor » (merci seigneur) peuvent être lu à l’avant de quasiment tous les bus.

 

–  De nombreuses personnes de tout âge viendront me voir pour me vendre toutes sortes de choses ; de la glace au café, en passant par des bonbons, de l’artisanat ou encore des pastèques (voir photos).

 

Vente de bonbons

 

 

Vente de café :

 

 

Vente de pastèques :

 

 

  De nombreuses personnes, visiblement sans abri, et âgés de 5 à 80 ans, viendront également me demander de l’argent.

 

–  Un homme jette par terre une bouteille Coca-cola en plastique, prenant la rue comme poubelle…son fils de 7-8 ans l’accompagnant, fait la même chose…La rue est très sale…

 

 

–  Un balayeur essaie, tant bien que mal, de rassembler les déchets, mais ils sont bien nombreux…

 

 

–  Deux personnes viendront me parler, sans intérêt, cherchant simplement à savoir d’où je viens et engager une conversation sympathique.

 

–  Plusieurs personnes me feront de jolis sourires, malgré que la majorité d’entre eux n’ait souvent plus toutes leurs dents (peu d’hygiène corporelle). Les touristes sont assez peu nombreux dans cette ville, il m’est donc difficile de passer inaperçu.

–  Un homme passe devant moi en boîtant, visiblement une fracture mal soignée…

–  Nombreux bus et taxis ne cessent de klaxonner et conduisent de façon irresponsable, étant à de nombreuses reprises, à la limite de l’accident.

–  En face de moi, un homme est allongé dans la rue, ayant visiblement bu toute la nuit. La photo ci-dessous est floue car je l’ai prise rapidement.

 

 

–  Une superbe Mercedes toute neuve passe devant moi et dépose 3 hommes en cravate.

 

–  Il est 10h30 ; je tente d’appeler pour savoir si le rendez-vous tient toujours, les 4 premières cabines téléphoniques utilisées ne marchent pas ; je réussis par la suite à appeler, on me dira que le journaliste arrivera en retard.

–  Un groupe de 4 musiciens est sur la place ; ils jouent de la musique, et une dizaine de personnes chantent, accompagnant les guitares. Les participants semblent heureux.

–  Un autre « prêtre » improvisé vient donner en public ses convictions religieuses.

 

 

–  Il est 10h45 ; le journaliste arrive avec un cameraman qui, une fois de plus, prendra ma carte du monde à l’envers, ne sachant pas la lire…

 

Toutes ces observations font partie de la vie quotidienne de San Salvador, mais pourrait très bien être d’une autre grande ville d’Amérique Centrale. Elles mettent en avant de nombreuses caractéristiques, comme :

–  La gentillesse de leurs habitants (sourires, rencontres…), 
–  La mauvaise attitude de nombreux de leurs habitants (saleté, manque de ponctualité, conduite avec imprudence, utilisation du klaxon à outrance…), 
–  Le gouffre entre pauvres et riches (pendant qu’une grande majorité de la population vit avec quasiment rien, certains vivent avec une grande richesse), 
–  Une santé et hygiène personnelle souvent négligée, 
–  L’ignorance d’un grand nombre de la population (ex. Une bonne moitié des gens à qui je montre ma carte du monde avec le trajet, la prend à l’envers et essaie de comprendre ou des fréquentes questions du type « la langue française est-elle la même chose que la langue Anglaise« …), 
–  L’importance énorme de la religion, qui est une raison de vivre pour une grande majorité de la population, 
–  Malgré la pauvreté et l’ignorance, beaucoup semblent, et cela est toujours impressionnant, heureux.

 

Ces quelques observations de la vie quotidienne et ces petites analyses ont simplement pour but de vous montrer la réalité, telle qu’elle est au jour le jour…

A bientôt