78. Infos diverses

Départ pour les chutes d’Iguaçu

 

Ça y est, après plus de 15 jours passés dans l’immense ville de São Paulo (voir brève précedente pour davantage d’informations sur la ville), je vais reprendre l’auto-stop dès demain matin, objectif la ville de Foz de Iguaçu et plus particulièrement les célèbres chutes d’eau connues à travers le monde qui forment la frontière naturelle entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. Le plus dur de ce trajet sera probablement la sortie de São Paulo tant la péripherie de la ville est grande (plus de 19 millions d’habitants au total). Après avoir regardé la carte de la ville et avoir reçu les conseils de quelques Paulistas (habitants de São Paulo), j’ai reperé l’endroit qui me paraît le plus propice pour débuter mon entreprise d’où je chercherai une station essence pour reprendre ma technique habituelle.

 

Médias

 

Si je suis resté si longtemps à São Paulo, capitale économique du Brésil, ce n’est pas, contrairement à mon séjour à Rio, pour l’attrait que j’ai pour cette ville même si elle a des côtés fascinants. En effet, je suis resté ici car certains médias (presse écrite et télévision) se sont interessés à mon projet et ont souhaité faire des reportages. Etant donné que faire connaître son projet est toujours une chose bien agréable et que je n’ai pas tous les jours la possibilité de passer à la télé, je n’ai pas hésité à « sacrifier » un petit peu de mon temps pour cela. Ainsi, plusieurs reportages furent publiés dans la presse écrite Brésilienne et au niveau télévision, je serai l’invité de Jô Soares (voir photo ci-dessous) dans sa célèbre émission « Programa do Jô » sur TV Globo le 13 octobre prochain (j’ai dû faire, pour ceci, plusieurs pré-entretiens).

 

 

 

Etant donné que je m’en vais demain de São Paulo, la chaîne me paiera le billet d’avion de Porto-Alegre ou Florianopolis (sud du Brésil) selon l’endroit où je me trouve, ce sera donc une sorte d’avion-stop ! Ma participation à l’émission, qui se fera intégralement en Portugais (joli challenge sachant que je ne parlais pas un mot de Portugais à mon arrivée il y a 4 mois !), sera un « talk show » où je parlerai de mon expérience de globe-stoppeur et devrait durer environ 20 à 25 minutes.

 

Meninos do Morumbi

 

Outre l’aspect Média, j’ai également pu profiter de cette semaine pour rencontrer et présenter mon voyage autour du monde aux « Meninos do Morumbi », association très intéressante que je souhaiterais vous faire connaître.

 

Cette association créée en 1996 par quelques grandes entreprises locales regroupe aujourd’hui plus de 4000 jeunes issus souvent des quartiers dits « difficiles » de São Paulo et de sa banlieue. L’objectif de la création de cette association était de créer des occupations pour ces enfants et ainsi être une alternative aux problèmes de la drogue, de la violence et du vol très présents à São Paulo.

 

Ces activités, DONT LA PRATIQUE EST GRATUITE et reste bien entendu complémentaire à l’école, sont :

 

–  le sport (Capoeira, football, Handball, Jiu-Jitsu Brésilien…),

–  l’informatique (apprentissage de création de pages web…),

–  l’art (photographie, sculpture, peinture…)

–  mais surtout la musique sous toutes ses formes.

 

Ainsi, le groupe « Meninos do Morumbi » formé à base de nombreux percussionistes, chanteuses, danseuses (voir photo ci-dessous), batteurs, guitaristes…s’est progressivement fait connaître dans tout le Brésil et même à l’étranger puisqu’il participe parfois à des festivals internationaux (Angleterre, France…).

 

 

J’ai trouvé pour ma part fantastique non seulement la qualité de leur musique et de leurs activités en général mais surtout l’idée de proposer de telles activités pour occuper ces enfants (qui ont de 5 à 18 ans) et de leur apprendre de nombreuses choses.

 

L’efficacité de ce programme a été prouvé, seuls peu d’entre eux sombrent dans la délinquence. Un exemple à suivre…

Pour plus d’informations, leur site web (en Portugais et anglais) est : www.meninosdomorumbi.org.br

 

« Mulheres apaixonadas »

 

Pour terminer cette brève regroupant diverses choses, j’aimerais dire un mot sur un phénomène assez incroyable.

 

Dans quelques jours, se terminera la série (dites « novelas » en portugais) appelée « Mulheres apaixonadas » (femmes passionnées en français).

 

Sans importance me direz-vous ? Détrompez-vous car cela représente le sujet de discussion numéro 1 des Brésiliens en ce moment. Qui va mourrir ? Qui va se marier ? Que va t-il se passer ?…Outre l’aspect divertissement, cette série, regardée quotidiennement par une majorité de la population Brésilienne (les audiences tournent en général autour des 70% !!!), joue un rôle social assez impressionnant. En effet, outre le fait que de nombreux Brésiliens s’identifient aux personnages de la série et vivent souvent leur vie par procuration par ce biais là, le producteur passe de nombreux messages quotidiennement.

 

Par exemple, récemment une des héroïnes de la série fût atteinte de Leucémie et avait besoin d’un don de sang. Quel ne fût pas la conséquence immédiate dans la vie réelle ? Un accroissement très important du don de sang en quelques jours.

 

Un autre exemple ? Dans un autre épisode, le problème des femmes battues était traîté et mettait d’une part en évidence une loi brésilienne peu avantageuse pour les femmes et d’autre part les structures existantes pour recevoir les plaintes. Conséquences dans la vie réelle ? Un rassemblement de nombreuses femmes pour demander un changement de cette loi et une augmentation sensible du nombre de plaintes…

 

Le rôle joué par ces « novelas » et notamment « Mulheres apaixonadas » va bien au-delà qu’une simple série…

 

A très bientôt.