76. Arrivé à Sao Paulo

Ça y est, après plusieurs semaines passées dans la « cidade maravilhosa » qui est pour le moment la ville qui m’a le plus séduit dans le monde (pour sa nature omniprésente, ses superbes plages, la joie, l’alégresse et l’accueil de ses habitants, ses activités sans fin…), j’ai retrouvé le chemin de l’auto-stop avec comme objectif la grande descente vers le sud, le grand sud, l’extrême sud à savoir la ville d’Ushuaïa, ville la plus australe du monde.

 

Etant donné que les routes seront fermées dans le grand sud jusqu’à mi-octobre voire fin octobre pour cause de neige, la descente se fera très progressivement et des éscales plus ou moins longues sont prévues dans les villes de São Paulo, peut-être Curitiba (Etat du Parana), Foz de Iguaçu (avec les célèbres chutes d’eau), Montevideo (Uruguay) puis Buenos Aires (Argentine). C’est alors que commenceront les choses sérieuses en m’attaquant à la Patagonie, partie sud de l’Argentine. Les principales difficultés de cette descente seront le froid, les vents souvent assez violents et surtout, et c’est le plus important pour moi, le nombre très réduit de voitures et de camions parcourant ces longues distances…

 

La première étape de cette descente fût donc hier la sortie de Rio de Janeiro pour me rendre dans la plus grande ville d’Amérique du sud : São Paulo et ses 19 millions d’habitants (banlieue comprise).

 

Si la sortie de Rio s’est averée, et c’était prévisible, le plus difficile car de nombreuses voitures ne quittent pas la banlieue, je n’ai pas eu de grands problèmes pour trouver un camion se rendant à São Paulo, le traffic entre ces 2 villes étant très intense. Ce camion a parcouru les 450 Kms d’un trait, je n’ai donc eu aucune difficulté.

 

Je pense rester environ 1 semaine ici, je ferai très bientôt une brève expliquant la capitale économique du Brésil.

 

A bientôt.