68. Retour à l’Auto-Stop

Depuis maintenant plus d’une semaine, je suis (toujours sur le bateau Theva) dans la grande ville de Recife au Nord-Est du Brésil (pour en savoir plus sur le Brésil et voir la carte, cliquez ici). Cette ville, capitale de l’Etat Brésilien du Pernambouc et peuplée d’environ 1.300.000 habitants, n’a pas un grand attrait touristique si ce n’est ses nombreuses églises baroques et ses maisons anciennes (la ville fût créée en 1548 et fût très prospère jusqu’à la fin du XVIIIe siècle grâce à l’exportation du sucre).

 

Etant donné que le moteur du bateau n’est toujours pas réparé et que l’escale ici peut durer plusieurs semaines, j’ai décidé, d’un commun accord avec Alain et Marie-Claude, les propriétaires du Theva avec qui tout s’est bien passé, de quitter le bateau dès dimanche matin et de reprendre l’auto-stop et ma bonne vieille technique de la station-service.

 

Ainsi, dès Dimanche matin très tôt, je rejoindrai la première station essence à la sortie de Recife pour débuter un petit marathon de 2500 Kms d’auto-stop non-stop. Pour ce faire, fidèle à ma technique qui a bien fonctionné jusqu’à maintenant, je demanderai aux conducteurs faisant leur plein d’essence si ils vont vers le sud et si ils peuvent me déposer dans une station plus avancée sur le bord de l’autoroute me permettant d’avancer petit à petit, l’objectif final étant de rejoindre Rio de Janeiro. Etant donné que ce parcours prendra très certainement plusieurs jours (environ 3 ou 4 si tout se passe bien), je dormirai probablement sous ma tente au large de stations…

 

Est-ce que l’auto-stop version Amérique du Sud marchera aussi bien qu’en Europe ou en Afrique ? Est-ce que les gens me prenant en auto-stop demanderont à être payé comme ce fût souvent le cas en Afrique (le challenge que je tente suppose de ne payer aucun moyen de transport) ? Est-ce que mon manque de maîtrise du Portugais rendra les choses plus difficiles ? Est-ce que faire du stop au Brésil est risqué au niveau sécurité ? Est-ce que les stations-service accepteront que j’accoste leurs clients pendant qu’ils prennent de l’essence ? Est-ce que faire de l’auto-stop (« Carona » en Portugais) est dans la culture Brésilienne ? Est-ce que les stations-essence seront au bord de l’autoroute comme c’est le cas en Europe (ce qui rend les choses plus faciles) ?

 

Voilà autant de questions auxquelles je n’ai aucune réponse aujourd’hui mais je pense pouvoir en dire un peu plus d’ici la fin de la semaine prochaine…Je vais maintenant chercher un plan de la ville pour voir à quelle station je devrais commencer mon entreprise dimanche matin.

 

A bientôt.