58. Photos

Avant de vous montrer les photos de mes 14 jours sur l’océan, voici la 1ère de ce tour du monde (merci Marco), elle fût prise le 1er janvier dernier à Val d’Isère dans les Alpes d’où a débuté mon aventure. C’est finalement un Belge Wallon (n’aimant pas les flamands) qui fût le premier d’une longue liste à me prendre en auto-stop, il m’emmenena alors dans une station-essence près de Lyon, il était environ 19h30.

 

 

Résumé des 14 jours sur l’océan :

 

4 avril 2003, 17h00 : Le bateau le « Balou » part de Las Palmas au nord de l’île de Gran Canaria en direction de l’île de Gomera afin de faire un petit tour des îles Canaries (qui devait à l’origine durer 5 jours et être suivi d’un départ sur le Cap-vert).

 

 

Après plusieurs nuits passées au mouillage près des côtes de Tenerife (nous avons jeté l’ancre afin de ne pas bouger), nous arrivons sur la petite île de Gomera, une île née d’anciennes éruptions volcaniques qui offre un paysage montagneux somptueux avec de nombreux palmiers et plantations de bananiers pour colorer cette île habitée par 20.000 habitants (la ville principale est San Sebastian de Gomera peuplée de 8000 personnes). Les plages de sable noir et les nombreuses roches rappellent son origine volcanique.

 

 

 

 

 

Lors de mon court séjour à San Sebastian, j’ai pu apprendre à me servir d’un sextant, un appareil servant à calculer la lattitude de la position du bateau en observant les mouvements du soleil. Cet appareil peut être utile en cas de panne d’un GPS mais n’est que rarement utilisé.

 

 

Après avoir découvert l’île, nous sommes revenus tout doucement vers l’île de Tenerife en passant notamment 5 jours de suite au même mouillage au milieu de nulle part dans une ambiance très tendue où cigarettes, alcool, anti-dépresseurs et cafés se succédaient à un rythme infernal pour mes hôtes (explication de la situation dans une précèdente brève).

 

 

Lors de cette petite croisière, j’ai notamment eu le grand privilège de réaliser un petit rêve à savoir jouer avec des dauphins en liberté l’espace de 5 minutes (d’autres photos des dauphins viendront par la suite).

 

 

Enfin, comme il était convenu, j’ai participé aux différentes tâches à faire sur un bateau en jouant mon rôle d’équipier et en faisant la vaisselle tous les jours.

 

 

 

Cette mini-croisière s’arrêta lorsque Maryse, la compagne de Paul décida de rentrer en France ce qui remit en cause les plans de voyage vers le Brésil, je me fis donc déposé à Los Cristianos sur l’île de Tenerife et remonta en stop pour enfin rejoindre Las Palmas où je suis actuellement.