45. Direction Las Palmas

Ca y est, enfin, après plus d’un mois de refus dans tous les sens de tous les bateaux de marchandises principallement pour raisons de sécurité (j’ai l’impression que les gens deviennent un peu paranos avec les évenements actuels…), la situation se décante et je quitterai Dakar lundi 24 mars après-midi, je suis donc le plus heureux des hommes.

 

En effet, le bateau-stop étant un peu bloqué de Dakar (les bateaux de marchandises ne partent qu’environ 1 fois par semaine pour le Brésil et ont été, jusqu’à maintenant, unanimes pour dire qu’ils ne voulaient pas prendre de passagers à bord (malgré mon insistance) et aucun voilier ne part en ce moment de Dakar vers le Brésil), je me suis tourné ces derniers jours vers…l’avion-stop.

 

Oui, l’avion-stop, aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est en avion-stop que je quitterai Dakar pour Las Palmas aux Canaries. Explications.

 

Tout d’abord, je me suis rendu à l’aéro-club de Dakar afin de prendre des contacts de pilotes d’avions privés susceptibles de partir sur le Cap-vert ou les Canaries (qui, je le rappelle, sont des ports, selon beaucoup de monde, beaucoup plus propices pour mon entreprise étant donné que de nombreux « Européens » y font escale avant de rejoindre l’Amérique du Sud dans toutes sortes de bateaux). Après avoir appelé toutes ces personnes, aucun n’envisageait se rendre sur ces îles dans les prochains mois. Je me suis alors tourné vers une compagnie spécialisée dans le voyage d’affaire faisant des vols privés pour hommes d’affaires ou célébrités. Le responsable était d’accord pour me prendre mais n’avait pas de vol prévu pour les prochaines semaines en direction des îles citées ci-dessus. Venait alors la solution ultime, tenter les compagnies commerciales même si je plaçais assez peu d’espoir dessus.

Je prends alors rendez-vous avec le responsable régional de TACV, la compagnie Cape-Verdienne desservant de Dakar entre autres les îles du Cap-vert et Las Palmas (Canaries).

 

Je lui explique alors mon projet (en lui montrant ma plaquette et mon book média, une fois de plus très utiles), ma situation actuelle et mon désir de quitter Dakar pour une des 2 destinations citées. Je lui dit aussi que le challenge que je tente suppose de ne payer aucun frais de transport et donc que je ne souhaite pas payer la traversée. Cependant, je lui dit que je suis prêt à faire figurer le logo de TACV sur mon site pour le remercier.

 

Après quelques secondes de lecture de mes documents, il prend son téléphone et demande les disponibilités pour les prochains vols puis me dit qu’il peut m’emmener aux Canaries en passant par le Cap-vert, gratuitement !

 

Le départ se fera donc lundi à 13h10 heure locale, ce sera alors ma première experience d’avion-stop….restera alors le plus dur…rejoindre le Brésil …toujours en stop bien sûr (ce sera en bateau cette fois-ci, il est important pour moi de traverser l’Atlantique sur l’eau).

 

Je suis content que le célèbre adage « When there is a will, there is a way » (quand il y a une volonté, il y a un chemin) se soit justifié…mais je suis en même temps très surpris que ce soit l’avion-stop qui me permettra de quitter l’Afrique…Comme quoi, c’est parfois quand on s’y attend le moins que les choses arrivent…