27. Deuxième journée de Bateau-Stop

Aujourd’hui mercredi, ce fût ma 2ème journée de bateau-stop et quelle journée ! Je crois que quelques détails s’imposent.

Je me suis reveillé à 7h00 avec une envie énorme de trouver un bateau dans la journée.

 

A 8h30, j’arrive à la commanderie où devait m’attendre un certain Mr N’Diaye supposé directeur de la commanderie. Mais voilà, à 9h15, toujours pas de Mr N’Diaye et personne capable de me dire où il est. Je décide alors de partir à Hann Plage (10 Kms du port) pour voir les opportunités existantes au club de voile en disant aux personnes de la commanderie que je reviendrai cet après-midi. ’’Oui, il sera là cet après-midi, c’est sûr’’ me dit son collègue.

 

Je me rends alors au CVD (Club de voile de Dakar et non CDV comme je l’ai écrit hier) qui m’avait été recommandé hier, il m’a été dit que je pourrais y trouver des voiliers ou yachts partant sur le Brésil ou au pire sur le Cap-vert (le Cap-vert est à environ 800 Kms des côtes Sénégalaises et constitue un port souvent utilisé pour tous les bateaux reliant L’Europe à l’Amérique du Sud). Je fondais alors beaucoup d’espoirs sur ce club. Arrivé là-bas, je discute avec quelques personnes et les réponses convergent toutes ’’Oh là là….tu arrives après la bataille mon ptit gars, nous arrivons à la fin de la saison, à partir de Mars les vents ne sont plus favorables pour aller au Brésil, je ne veux pas te décourager mais si j’étais toi, je reviendrai en Décembre. Pour le Cap-vert, tu pourras peut-être trouver quelques personnes y allant cet été mais rien d’autre. Tu sais, on ne fait pas une trans-Atlantique comme çà, il faut étudier les vents et les départs sur le Brésil se font de Décembre à Février, nous arrivons à la fin maintenant, il faudrait vraiment que tu aies de la chance pour trouver quelques chose ». Sur ces belles paroles (communes à quelques personnes), je vais voir les 2 autres clubs de voile beaucoup plus petits qui n’étaient pas plus optimistes…Je me dis alors que mon mental un peu trop optimiste et aventurier ne préparant pas son arrivée va me jouer des tours…

 

Je retourne alors vers le port, cherche à parler à ce Mr N’Diaye que je n’avais pu voir le matin et il m’est répondu ’’Mr N’Diaye est parti tout à l’heure, il devrait revenir demain ou après demain Inch’allah (si Dieu le veut), revenez plus tard, en Afrique il faut être patient pour voir les gens’’ (sans blague, je n’avais pas remarqué !). Je demande alors ’’Mais n’a t-il pas un chef a qui je pourrais m’adresser ?’’ (je préfère toujours m’adresser à ceux qui sont capables de prendre des décisions). ’’Ouh, il y a Mr Kane qui est le grand patron mais on ne peut pas le rencontrer comme ça ». ’’Pouvez-vous m’indiquez où est son bureau s’il vous plaît ?’’. Après maintes formalités et embûches, j’ai finalement eu un rendez-vous avec ce Mr Kane qui a gentiment accepté de me rencontrer. Je lui ai alors exposé mon projet et mon besoin de trouver un bâteau pour le Brésil. Assez rapidement, il a pris son téléphone et appelé certaines de ses connaissances puis a fini par me donner quelques contacts avec une petite lettre de recommandation qui devrait m’aider. Je vais rencontrer demain deux de ces personnes et notamment une sur laquelle je fonde beaucoup d’espoir qui est responsable du personnel (des manutentionnaires sur le port) et qui pourrait, peut-être, m’orienter vers certains capitaines qui devraient bientôt arriver au port puis partir sur le Brésil…

 

Absolument rien n’est fait, je n’ai pas de bateau pour le moment mais je garde espoir…Aujourd’hui, au moins 15 personnes m’ont dit qu’il était impossible de traverser l’Atlantique sur un bateau de marchandises, la loi l’interdit selon les paroles de certains…J’aimerais tellement leur prouver qu’impossible n’est pas français…

 

Pour terminer, je dois signaler qu’il n’existe aucun bateau de croisière dans ce port et que si je devais tenter un autre port pour aller au Brésil ce serait….Le Cap en Afrique du Sud (Abidjan n’étant actuellement pas jouable pour les raisons que vous connaissez)

 

A demain pour la suite