22. L’exemple Australien

Bonjour à tous,

 

Lors de ma précedente newsletter, je vous avais fait part de ma traversée du Pacifique en voilier-stop me permettant de quitter le continent Amérique et de rejoindre la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui en Australie, j’aimerais partager avec vous ma récente visite d’un projet tout particulièrement intéressant pour le futur de notre monde…

 

L’exemple Australien

 

J’étais il y a quelques jours près de la ville de Mildura dans la province du New South Wales en Australie. Ce nom de ville ne vous dit sans doute rien, c’est pourtant ici qu’est entrain de naître un projet des plus prometteurs pour le futur de notre planète : La construction de la plus grande tour solaire du monde.

 

 

Pour vous aider à situer Mildura, voici la carte de l’Australie ci-dessous :

 

 

990 mètres de haut (soit près de 3 fois plus que l’Empire State Building à New York city, voir photo du projet initial ci-dessous), générant 200 Mwatts 24 heures/24 permettant de fournir de l’électricité à plus de 200.000 personnes, un coût estimé à 670 millions de dollars Américains, une surface de panneaux solaires d’environ 13 Km2, etc… cette tour dont les travaux devraient débuter en fin d’année 2006 et se terminer en 2009 accumule les superlatifs. Des superlatifs qui pourraient cependant être revus à la baisse, des informations très récentes faisant état d’une diminution de l’ampleur du projet principalement pour cause de difficultés financières de l’entrepreneur ENVIROMISSION. Affaire à suivre.

 

 

Cependant, bien au-delà de ces chiffres impressionnants, c’est sur son intérêt présent mais surtout futur qu’il convient de porter toute son attention.

Si les raisons écologiques ont sans aucun doute leur importance dans le lancement d’un tel projet, qui permet d’éviter l’émission dans l’atmosphère chaque année de plus de 900.000 tonnes de gaz à effet de serre, les causes principales sont à chercher ailleurs.

 

En effet, à l’image de l’Europe avec la construction de la plus grande ferme éolienne du monde en Irlande (voir http://www.sortirdunucleaire.org/janvier2002/afp110102.htm pour plus de détails), le gouvernement Australien cherche, via notamment la construction de cette tour solaire qui devrait en appeler d’autres et malgré ses importantes richesses naturelles, à diminuer sa dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, notamment vis-à-vis du Pétrole, dont les réserves mondiales fondent jour après jour à un rythme pour le moins inquiétant. Le célèbre « Peak oil », moment où la moitié des ressources de pétrole connues et estimées aura été consommée ou en d’autres termes le début de la fin, arrivant, selon de nombreux experts, à grands pas (2006 pour les plus pessimistes, 2025 pour les plus optimistes).

 

Considérant l’extrême importance géopolitique de ce type de projet visant à développer rapidement les énergies renouvelables et le développement durable, il m’est apparu important de souligner cet exemple Australien qui sera, je l’espère, imité par beaucoup d’autres à commencer par les Etats-Unis et la Chine malheureusement pas bien en avance à ce niveau.

 

Je vous conseille fortement de regarder le petit film de 3 minutes résumant le projet initial de la tour solaire en cliquant ici : http://www.enviromission.com.au/project/video/video.htm et de faire davantage de recherches sur ce projet très prometteur pour le futur de notre planète.

Mon article complet sur la tour solaire et ma rencontre avec le propriétaire des lieux en cliquant ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=358

 

Avant de vous quitter, 2 photos. La première du cargo (première experience de cargo-stop) m’ayant récemment permis de rejoindre le pays des Kangourous depuis le pays des Kiwis, la deuxième est une petite compilation de jolies paysages rencontrés en Nouvelle-Zélande.

 

 

 

Le bout du monde : Article sur mon séjour en Nouvelle-Zélande notamment dans une communauté Maori en cliquant ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=354 La mer de Tasman en cargo-stop : Récit de mon expérience de cargo-stop me permettant de rejoindre l’Australie en cliquant ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=362 Une autre newsletter sur mon séjour Australien viendra très bientôt.

 

J’espère que vous allez toutes et tous bien.

A bientôt

Ludo