19. Tournée de conférences USA-Canada

Bonjour à toutes et à tous,

 

Lors de ma dernière newsletter envoyée depuis le Québec, je vous faisais part de mes expériences dans le grand nord Canadien – notamment en compagnie des indiens de la nation « Cree »- et vous donnais quelques nouvelles concernant la tournée de conférences que je fais actuellement en Amérique du Nord. Aujourd’hui, après 10 mois de stop et plus de 9000 Kms parcourus aux Etats-Unis, voici un mot sur le stop aux Etats-Unis et un bilan de la tournée de conférences débutée au mois de septembre 2004.

 

Le stop aux Etats-Unis

 

Conséquence logique de médias insistant trop souvent sur le sensationnel et les mauvaises nouvelles, le stop aux Etats-Unis fait peur et a une très mauvaise réputation. Ajouté à cela une forte culture de l’individualisme et l’interdiction dans de nombreux Etats de tendre le pouce, mon expérience de stop à travers les Etats-Unis s’est avérée, pendant ces 10 mois, parfaitement faisable mais cependant plus difficile qu’en Europe, Amérique latine ou Afrique.

 

Aux difficultés habituelles du stop s’est donc rajouté l’aspect légal de la chose. Mes rencontres avec les policiers Américains ont été assez nombreuses (environ 20) malgré le fait que je ne gênais jamais la circulation. Cherchant à expliquer mon projet et à toujours rester diplomate avec les autorités, en leur donnant raison même lorsqu’ils avaient tort, j’ai pu me sortir de plusieurs situations difficiles et ainsi éviter un passage en prison, qui n’aurait pas été du meilleur goût. Certains policiers m’ont même aidé dans ma tâche en me prenant en stop, ou tout simplement en me rendant la tâche plus facile.

 

2 policiers sympathiques avec ma carte du monde

 

 

Il est par ailleurs intéressant de noter que, contrairement à l’Amérique Latine, les médias Américains n’ont que peu souhaité couvrir mon aventure autour du monde en stop. « Trop dangereux » ou « interdit par la loi » sont les raisons le plus souvent évoquées par les médias… »Nous ne souhaitons pas donner de mauvaises idées à nos lecteurs » m’a répondu le journal Texan Houston chronicle…No comment !……………

 

Être auto-stoppeur Français aux Etats-Unis

 

Si être de nationalité Française s’est avéré être plutôt à mon avantage lors de mes séjours sur le continent Africain ou en Amérique Latine, cela ne fut pas toujours le cas au pays de l’Oncle Sam pour les raisons que vous pourrez aisément imaginer. A l’image de la France sur d’autres sujets, les Etats-Unis sont un pays grandement divisé sur l’opinion et le regard porté sur mon pays d’origine…

 

Ci-dessous, quelques phrases qui m’ont été prononcées en situation de stop lors de mon séjour Américain. Certaines sont négatives, d’autres positives. Les Etats-Unis – comme les autres pays du monde – disposent de gens adorables, comme de véritables idiots.

 

– Dans une station essence en Louisiane, après m’être présenté et avoir expliqué mon aventure, « You are French ? I don’t want any Frenchman in my car ! » (vous êtes Français ? Je ne veux pas de Français dans ma voiture),

– Toujours en Louisiane le jour de Thanksgiving day, une voiture s’arrête alors que je suis au bord de la route, et un homme me dit « Désolé, je ne vais pas dans votre direction mais si vous souhaitez passer Thanksgiving avec nous, nous en serions ravis »…Etant attendu dans une autre ville, j’ai gentiment refusé l’invitation mais ai beaucoup apprécié le geste… 
– Dans une station en Floride, un homme me dit en me serrant la main « You are French ? I love your country, I would really like France and the US to get along better together » (Vous êtes Français ? J’adore votre pays, j’aimerais tellement que la France et les Etats-Unis s’entendent mieux). 
– En Floride, un homme d’une cinquantaine d’années « No way I will give you a ride, look at the licence plate and the stickers on my car » (Jamais je ne vous emmènerai, regardez les autocollants sur ma voiture et ma plaque d’immatriculation) (voir photos ci-dessous).

 

 

 

Ceux-ci ne sont que quelques exemples rencontrés, je pourrais bien sûr en citer de nombreux autres, positifs comme négatifs. Dans chaque pays traversé jusqu’à maintenant, j’ai rencontré toutes sortes de gens : des égoïstes, des généreux, des intelligents, des stupides…

 

Par ailleurs, mon année passée aux Etats-Unis m’a permis de passer du temps avec des communautés de milieux sociaux et culturels très différents.

 

Des immigrés Russes ou Asiatiques aux nombreux « Latinos » (prenant un pouvoir grandissant au pays de l’Oncle Sam), des Américains pauvres aux très riches, des Démocrates aux Républicains ou encore des Mormons (Utah) ou Amerindiens aux Amish, les Etats-Unis ont une diversité de population très intéressante.

Ci-dessous une photo d’un cheval avec « buggy », unique moyen de transport utilisé par les Amish, vivant principalement dans les Etats de Pennsylvanie, Ohio et Indiana. Les Amish ont su garder de nombreuses traditions et vivent de la même manière que leurs ancêtres, sans électricité et sans les conforts de la vie moderne.

 

 

Pour en savoir plus sur mon séjour chez les Amish, cliquez ici :

 

Si mes nombreuses rencontres furent un grand enrichissement personnel, ma tournée de conférences, me permettant de partager deux ans de stop autour du monde avec de nombreuses personnes de tout âge, s’est avérée être une expérience absolument fabuleuse et m’a permis de bien mieux comprendre les Etats-Unis, pays complexe qui me laisse un double sentiment de répulsion et d’admiration.

 

Tournée de conférences Etats-Unis-Canada 2004-2005

 

Avec le triple objectif de gagner de l’argent pour financer le reste de mon aventure, de partager mon tour du monde et de sensibiliser mes auditeurs sur des sujets me paraissant importants, tels la pauvreté dans le monde, le commerce équitable ou le réchauffement climatique, ma tournée de conférences m’a permis de parcourir 32 des 50 Etats Américains ainsi que 3 provinces Canadiennes, donnant un total de 114 conférences dans diverses écoles et organisations. Ces conférences furent obtenues après un envoi massif d’emails et via quelques apparitions dans les médias.

 

Première constatation intéressante. Plus de 80% des réponses à mes propositions de conférences envoyées via Internet à travers les Etats-Unis sont venues d’Etats « bleus » (démocrates). Est-ce un manque d’ouverture sur le monde ou un sentiment anti-Français des Etats « rouges » (républicains) ??? Peut-être un petit peu des deux…

Voici ci-dessous une carte du trajet parcouru aux Etats-Unis, sachant que je suis souvent resté autour des grandes villes.

 

 

Ecoles-Universités

 

Des écoles maternelles aux universités (UCLA, Queens, Stamford…), en passant par des collèges et lycées de tout âge, ma tournée de conférences m’a permis de partager mon aventure, d’insister sur l’importance de la réalisation des rêves et de parler de notre jolie planète à plus de 12.000 étudiants, à travers les Etats-Unis et le Canada.

Ici, photo d’un petit groupe dans une école à Ottawa, au Canada, faisant le signe de l’auto-stop.

 


Rotary club

 

Le Rotary club est une organisation formidable de 1,2 millions de membres à travers 201 pays réalisant de fabuleux projets humanitaires localement et internationalement.

Ce fut un grand plaisir de partager mon aventure et les différentes missions réalisées, et à venir avec 47 clubs à travers les Etats-Unis et le Canada.

Ci-dessous, une photo prise lors d’une conférence à Beverly dans la banlieue de Boston, Massachusetts.

 


Alliances Françaises, bibliothèques et autres types d’organisations

 

Ma tournée de conférences m’a également permis de partager mon aventure avec d’autres types d’organisations dont 13 alliances Françaises et des groupes tels le « Jonathan club » à Los Angeles ou le « World Affairs Council » à San Francisco.


Etant toujours dans ma tournée de conférences, je serai encore aux Etats-Unis, principalement sur la côte Ouest, pendant encore environ 1 mois et demi. Ensuite, la partie la plus difficile de mon tour du monde en stop m’attendra : La traversée de l’immense océan Pacifique en bateau-stop depuis le Mexique. La recherche prendra probablement beaucoup de temps, je vous tiendrai au courant de la stratégie adoptée dans la prochaine newsletter.

 

J’espère que vous allez toutes et tous bien.

A bientôt

Ludo

 

PS : Comme d’habitude, vous pouvez suivre en direct le tour du monde en stop via mon site www.ludovichubler.com, vous y trouverez davantage d’articles sur mon séjour Américain.