14. Colombie, un autre regard

Buenas tardes a todos,

 

Lors de ma dernière newsletter envoyée de Quito en Equateur, je vous faisais part de la future traversée de la Colombie et du fameux « Darien gap » m’obligeant à reprendre le bateau-stop pour rejoindre Panama et l’Amérique Centrale. Un passage délicat qui s’est passé sans le moindre souci. Explications.

 

Traversée de la Colombie en auto-stop

 

L’actualité que nous proposent aujourd’hui les médias évolue sensiblement et plus que jamais vers une banalisation du tragique et de la violence, comme si notre monde ne vivait plus qu’au rythme de catastrophes et d’attentats. Et pour cause, on ne parlera toujours que de l’avion qui s’écrase mais jamais des milliers atterrissant tous les jours sans souci, de la vache devenue un peu folle mais jamais des millions en bonne santé regardant paisiblement passer les trains… Quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes, voici aujourd’hui l’histoire d’un français ayant traversé toute la Colombie, que nombreux considèrent comme le pays le plus dangereux du monde, en auto-stop sans le moindre souci…

 

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, la Colombie n’est pas pour autant le pays le plus sûr du monde et les chiffres donnés dans ma precedente newsletter sont toujours d’actualité. Être prudent et vigilant reste donc primordial. Cependant, si certaines règles de base au niveau sécurité sont respectées (pas de stop la nuit, éviter les « zones rouges » contrôlées par la guérilla, utilisation de la technique de la station-essence…) faire de l’auto-stop dans ce pays est une activité absolument faisable. En effet, à l’image des autres pays traversés jusqu’à maintenant, je tiens à souligner que les « mauvais » restent une minorité et que la grande majorité de la population restent des gens bien…

 

Ci-dessous 2 photos prises durant la traversée de la Colombie, la première durant un contrôle de routine des militaires qui sont très présents au bord des routes. La deuxième d’un policier Colombien m’indiquant que les guérrilleros sont cantonnés là-haut dans les montagnes, là où tous les Colombiens (et touristes) savent qu’il est préférable pour eux de ne pas y mettre les pieds.

 

En savoir plus sur mon expérience d’auto-stoppeur en Colombie, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=131

 

 

 

Bateau-stop pour rejoindre Panama

 

Comme je vous l’avais expliqué dans ma précédente newsletter, rejoindre Panama par la terre relève aujourd’hui du suicide, du fait du contrôle de la jungle du Darien (frontière terrestre entre la Colombie et Panama) par les guérilleros. Faire du bateau-stop fut donc ma solution privilégiée pour rejoindre l’Amérique Centrale.

 

Ceux qui suivent mon aventure depuis son début (janvier 2003) le savent, les moments les plus difficiles de mon tour du monde en stop ne sont pas de trouver des véhicules sur la terre ferme (quoique ce n’est pas toujours évident) mais bien de trouver des bateaux (2 mois avant de pouvoir traverser l’Atlantique, 1 mois avant de pouvoir rejoindre le continent Antarctique). Cette fois-ci plus de réussite, seules quelques heures auront été nécessaires avant de trouver un voilier Norvégien acceptant de m’emmener jusqu’à Panama (voir photo), bateau sur lequel j’ai travaillé en tant qu’équipier.

 

 

Au niveau découvertes…

 

– Cartagène, le musée grandeur nature : Cartagène est une ville tellement légendaire pour son histoire et sa beauté que nombreux sont ceux qui la considèrent comme la plus belle ville d’Amérique du Sud. Personnellement, je n’irai pas jusqu’à cet extrême (Rio de Janeiro restera ma préférée) mais il est vrai que cette ville située sur la côte Caraïbes a un charme fou. Ci-dessous deux photos de Cartagène, une première de la forteresse qui fut construite autour de la ville pour lutter contre les assaults des pirates au 16ème siècle, une seconde de la superbe architecture coloniale omniprésente dans le centre historique.

 

En savoir plus sur Cartagène, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=135

 

 

 

 

– San Blas, terre des Kunas : Avant d’arriver en Amérique Centrale, j’ai eu l’opportunité avec le voilier de m’arrêter quelques jours dans l’archipel de San Blas (365 petites îles appartenant à Panama) peuplé par la population indigène la plus indépendante d’Amérique Latine et coupée de la civilisation, appelée Kunas. Ci-dessous une carte de Panama pour situer l’archipel, une photo d’une petite fille Kuna avec sa maman et une autre d’elle seule.

 

 

 

 

En savoir plus sur les indiens Kunas, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=135

 

– Traversée du canal de Panama : Souvent considéré comme une des plus grandes merveilles d’ingénierie du 20ème siècle, le canal de Panama, qui fut sous contrôle des Etats-Unis jusqu’au 31 décembre 1999, est vraiment impressionnant et le traverser fut une expérience fabuleuse.

Ci-dessous une photo d’un bateau de marchandises dans l’une des 6 écluses du canal.

 

 

En savoir plus sur le canal de Panama et sa traversée, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=158

 

Prochaines étapes

 

L’Amérique du Sud quittée, je suis maintenant dans le 1er des 8 pays qui composent l’Amérique Centrale. Ces 7 pays sont les suivants : Panama, Costa Rica, Nicaragua, El Salvador, Honduras, Guatemala et Bélize. Durant les 4 prochains mois, je ferai la découverte de ces 7 pays (dont 6 semaines que je passerai à aider au Guatemala) et tenterai bien entendu de partager ces moments de découverte avec vous. Ces pays sont nettement moins visités que ceux d’Amérique du Sud, même si le tourisme y est en fort développement. En effet, l’instabilité politique et les nombreuses guerres dans les années 60-80 ayant ébranlé ces pays ont rebuté de nombreux touristes et ainsi empêché le développement de structures pour les accueillir. Si ces pays sont peu connus de la plupart d’entre nous, ils ne sont pas pour autant dénués d’intérêt. Des nombreuses ruines Mayas ou Aztèques aux belles plages des Caraïbes en passant par la rencontre de nombreuses populations indigènes et des paysages fabuleux (notamment volcans), mon séjour à travers l’Amérique Centrale devrait être tout sauf ennuyant.

 

En savoir plus sur les nouvelles rubriques du site, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=151 Lire la brève Insolites : Panama, cliquez ici : http://www.sekoyamag.com/nouveausite/SPIP/breve.php3 ?id_breve=150

 

A très bientôt sur les routes de l’Amérique Centrale.

Ludo