z120. L’écotourisme au Costa Rica

L’intérêt premier d’un voyage au Costa Rica est la découverte de sa nature très riche. Petit territoire tropical (51.000 Km², soit environ un dixième de la France), le Costa Rica abrite 5% de toutes les espèces végétales et animales de la planète. On dénombre 10.000 espèces de plantes, 15.000 espèces de papillons, 800 espèces d’oiseaux et 1500 types d’orchidées. C’est le seul pays sur terre à avoir protégé ni plus ni moins 25% de ses terres (dont 13% sous forme de parc national).

 

Durant mes 15 jours passés ici, j’ai visité plusieurs des beautés naturelles qu’offre le Costa Rica. Petit tour guidé en photos :

 

Parc National Manuel Antonio

 

Ce parc est sans aucun doute l’un des plus populaires du pays car il regroupe une nature luxuriante avec une vie animale importante et le tout situé au bord de jolies plages.

 

Une vue panoramique d’une partie du parc national.

 

 

Une biche nous souhaitant la bienvenue à l’entrée du parc.

 

 

Un des très nombreux crabes rencontrés en chemin :

 

 

Impressionnant, une fourmi capable de tenir une grande feuille. Selon le guide ayant fait la démonstration, cette prouesse peut être comparée à un homme portant avec ses mains un train avec 1000 personnes dedans !!!

 

 

Un des nombreux iguanes rencontrés devant un joli décor :

 

 

 

Le « pisote », petit animal se nourrissant d’insectes.

 

 

 

La présence du paresseux est l’attraction numéro 1 de ce parc. Malheureusement, pas de chance, je n’ai pu le voir que de loin en train de dormir comme le montre la première photo, la seconde m’a été donnée par ma famille d’accueil et permet de mieux voir à quoi ressemble ce singe pas comme les autres.

 

 

 

Reserva biológica Carara

 

Ce parc regroupe de nombreuses espèces de plantes et d’arbres peu répandus ainsi que de nombreux animaux tels des iguanes, singes ou encore crocodiles…

 

Un singe en plein repos dominical…

 

 

De gros crocodiles dont il vaut mieux rester à distance sous peine de réel danger…

 

 

 

Volcan Irazú

 

C’est dans un décor lunaire à plus de 3400 mètres d’altitude où peu de végétaux peuvent survivre que se trouve le volcan Irazú dont la dernière éruption remonte à 1962. Aujourd’hui considéré comme inactif, il est en partie rempli par un lac de soufre d’une superbe couleur verte qui invite au plongeon (chose bien entendu interdite et dangereuse).

 

Le décor lunaire entourant le cratère :

 

 

 

Le cratère du volcan avec le lac de soufre, son odeur est par ailleurs très forte.

 

 

Volcan Poas

 

Pas de chance. Ce volcan réputé dans le monde entier pour la grandeur de son cratère (2ème plus grand au monde) n’a pas voulu se montrer à moi. Une grande brume couplée avec une forte pluie ne m’ont pas permis de voir davantage que cela :

 

 

Les malheureux touristes étant obligés de prendre leurs photos devant le panneau d’indications :

 

 

Avec un ciel dégagé, le décor suivant nous est proposé, la photo ayant été cherchée sur Internet :

 

Ce sera pour une prochaine fois…

 

 

Dans les prochains jours, je quitterai la ville de San José, capitale du pays (ville pas très belle et sans réel intérêt mis à part 2-3

musées de l’époque préColombienne) où je me trouve actuellement pour me rendre tout d’abord au volcan Arenal, volcan ayant la réputation d’être le plus actif d’Amérique Centrale avec des coulées de lave quotidiennes (mais un ciel souvent nuageux), puis je traverserai la frontière du Nicaragua pour de nouvelles aventures, le tout, bien entendu, toujours en stop.

 

A très bientôt.