z104. Départ pour la Colombie

Avant mon départ le 1er janvier 2003 alors que je traçais mon itinéraire, certains endroits du globe me faisaient frissonner d’envie de découvrir (Brésil, Pérou, Asie…) et d’autres me faisaient frissonner de peur d’y aller. Parmi ceux-la, la Colombie fait partie leaders.

En effet, ce pays à la mauvaise réputation est contrôlé à 40% par une douzaine de groupes de « guérilleros » et autres narcotrafiquants ayant chacun ses idéologies. Parmi ces groupes, le plus important est le FARC (Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes) qui pratique une guérilla très active. Depuis la perte des soutiens Russes et Cubains, cette guérilla est financée en grande partie par le trafic de drogue (la Colombie est le plus grand producteur de cocaïne au monde et contrôle plus de 80% de marché mondial) et …le kidnapping.

 

Faire de l’auto-stop en Colombie peut paraître pour certains fou voire complètement irresponsable au vu des risques encourus. C’est cependant un passage obligé dans la quête de mon challenge et je tenterai de réduire le risque au minimum en utilisant ma technique de la station service et en essayant autant que possible d’avoir l’aide des militaires comme je l’ai déjà fait par le passé.

Cependant, la principale difficulté des prochaines semaines ne sera pas l’auto-stop en Colombie proprement dit mais bel et bien le passage du fameux « Darien gap ». En effet, vous le savez peut-être, rejoindre l’Amérique centrale depuis l’Amérique du Sud en voiture ne peut se faire par la route. Environ 200 Kms de jungle séparent la frontière Colombienne de la frontière Panaméenne. Avant 1999, traverser cette jungle à pied était une chose faisable. Une dose de courage et un guide permettaient de franchir cette jungle en une dizaine voire quinzaine de jours. Aujourd’hui, ce passage est contrôlé par le FARC et est maintenant bien trop risqué. Mon aventure étant une aventure et non un suicide, j’ai décidé de contourner l’obstacle en faisant du bateau-stop pour rejoindre Panama.

 

Pour ce faire, 2 solutions :

 

– La première consiste à me rendre au port de Buenaventura situé dans le Sud-Ouest de la Colombie et tenter de travailler sur un bateau de marchandises rejoignant Panama City. Ce port est réputé pour l’intense trafic de drogue qui y règne et de nombreuses personnes m’ont déconseillé de m’y rendre.

– La seconde solution consiste à traverser toute la Colombie et rejoindre la ville de Cartagène située au bord de la mer des Caraïbes d’où j’essaierai de trouver un voilier cherchant à passer le canal de Panama…

 

Ma décision n’a pas encore été prise mais les chances d’utiliser la seconde solution sont aujourd’hui plus importantes. Dans tous les cas, la traversée entre la Colombie et Panama devrait prendre entre 4 et 6 jours.

 

Le départ se fera donc demain matin vendredi, je partirai d’abord pour Tulcan qui est située à la frontière Colombienne et passerai la frontière samedi matin. De là, je ferai du stop toute la journée de samedi en espérant arriver à Cali le plus vite possible. La journée de samedi sera donc importante car je vais devoir traverser la route Pasto-Popayan contrôlée par la guérilla et réputée dangereuse. Bien entendu, je ne ferai pas de stop la nuit dans ce pays afin de réduire les risques. La technique utilisée sera celle de la station service, c’est à dire que j’irai discuter directement avec les gens faisant leur plein d’essence pour aller d’un endroit à un autre, je ne serai donc probablement jamais le pouce tendu au bord de la route, technique à éviter dans ce pays compte tenu du risque important de vol et de kidnapping.

 

Être prudent sera donc la règle, cependant comme d’habitude, il ne faut pas céder à la paranoïa, la grande majorité des Colombiens restent des gens adorables…

 

Je vous tiendrai régulièrement informé, c’est promis.

 

Voici une carte routière de la Colombie pour vous donner un meilleur aperçu du trajet à parcourir. Les villes où je m’arrêterai seront Tulcan, peut-être Popayan, Cali, Medellin et enfin Cartagène (Cartagena en Espagnol). Vous pourrez aussi voir l’absence de route entre la Colombie et Panama (« Darien gap ») et le port de Buenaventura près de Cali dont je fais allusion plus haut :

 

 

Source : http://www.populationdata.net/cartes/cartecolombie.html

 

A bientôt.