z103. Beautés Equatoriennes

Soyons honnêtes, que connaissons-nous de ce pays qu’est l’Equateur ? Certains vous diront « Ah bon, c’est un pays ? je croyais que ce n’était que la ligne séparant le nord du sud », d’autres « oui, déjà entendu parler, c’est un pays d’Amérique du Sud » ou parfois « connais pas, jamais entendu parler ». Il est vrai que ce pays faisant la moitié de la taille de la France n’est que peu médiatisé et n’a que peu d’influence sur la scène internationale. « Quand j’habitais aux Etats-Unis, nombreux Américains me demandaient si notre pays était développé ou si on vivait dans les arbres » me raconte une Equatorienne ayant vécu au pays de l’Oncle Sam. Et pourtant, croyez moi, ce pays mérite à être connu. Certes sa supérficie est petite mais il regorge de trésors. Tout d’abord, sachez qu’en quelques heures de route, vous pourrez passer de superbes plages au sable blanc de la côte Pacifique à la jungle Amazonienne en passant par de grandes montagnes pouvant atteindre jusqu’à 6310 mètres (Chimborazo). Une diversité non seulement de paysages mais aussi de faune et de flore ; sachez par exemple que plus de 20.000 espèces différentes de fleurs ont été recensées (Les USA et le Canada ensemble ne dépassent pas les 17.000 pour vous donner un ordre d’idée). Lors de mes 2 précédentes semaines passées ici, j’ai eu la chance d’avoir été promené dans différents sites merveilleux de ce pays, voici quelques photos et explications de ce que ce petit pays peu connu peu offrir :

 

Cuenca, la surprenante

 

« Ludo, avant de monter sur Ambato, tu dois t’arrêter à Cuenca, ça vaut le coup » me dit Daniela, une amie Equatorienne m’hébergeant dans cette ville du centre de l’Equateur. Un petit coup d’œil sur mon guide Lonely Planet avant de prendre la décision car je n’ai auparavant jamais entendu parler de cette ville (3ème plus grande ville Equatorienne), je vois que cette ville fait partie du patrimoine de l’UNESCO, le chauffeur du camion m’amenant jusqu’à Cuenca me confirme « tu ne peux venir si près et ne pas t’arrêter a Cuenca ». Je pris donc la décision de m’y arrêter et ne fus pas déçu…Une architecture coloniale très bien conservée, quelques ruines de la civilisation inca, des rues pavées, une rivière donnant beaucoup de charme, une luminosité très agréable et une violence semble t-il assez peu présente font que cette ville doit être particulièrement agréable à vivre ou tout du moins est un passage obligé dans la visite de l’Equateur.

 

 

 

 

 

 

 

Beautés naturelles de l’Equateur

 

Du fait de sa situation géographique sur une zone sismique, l’Equateur a de nombreux volcans dont le Tungurahua de nouveau actif depuis 1999 menaçant d’une nouvelle éruption la ville de Baños située à son pied. Lors de mon séjour,je n’ai pas pu assister a quelconque éruption de lave mais la fumée sortant montre sa forte activité intérieure. Son ascension est bien entendu interdite du fait du risque élevé d’éruption.

 

 

 

 

D’autres volcans sont inactifs et remplis d’eau donnant de jolis lacs entourés de montagnes. Ici le lac Mojanda et Cuicocha situés au nord de Quito.

 

 

 

Ingapirca, plus grandes ruines Incas en Equateur

 

Certes moins impressionnantes que les ruines Péruviennes (notamment celles du Machu Picchu), les ruines d’Ingapirca rappellent que le règne Inca comprenait une partie importante des territoires actuels (Pérou, Equateur, Bolivie, Colombie, Chili et même Argentine).

 

 

 

 

Quito, la capitale

 

Quito n’est pas la plus grande ville d’Equateur (Guayaquil située sur la cote est plus peuplée) mais garde son titre de capitale administrative. Depuis 25 ans, cette ville fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO car son centre historique est tout simplement merveilleux. Des églises à l’intérieur entièrement en or, des palais plus beaux les uns que les autres sont très impressionnants. Cette ville fut la capitale des Incas dans le nord (Cuzco au Pérou fut celle du sud), elle fut le siège d’Atahualpa, roi des Incas du Nord.

 

 

Ces quelques photos et explications donnent un petit aperçu de ce que ce pays peut offrir, j’ai pour ma part été agréablement surpris ne connaissant que peu de choses sur l’Equateur avant d’arriver…Cependant, je trouve que c’est un pays cher, le plus cher d’Amérique du sud sans aucun doute depuis la dollarisation et l’abandon du « sucre » depuis 1999 (nom de l’ancienne monnaie locale, pas celui que vous mettez dans votre café). La dollarisation fut mise en place du fait de l’inflation galopante handicapant l’économie avant 1999 (un mal assez répandu en Amèrique latine, de nombreux autres pays ont également été tentés de dollariser leur économies).

 

Pour ma part, je vais dans quelques jours me diriger vers la Colombie, j’écrirai une brève a ce sujet très bientôt.

 

A bientôt