10. Le Sahara est traversé !

Me voilà enfin à Nouakchott, capitale de la Mauritanie ! Si la première partie du Sahara jusqu’à la frontière Mauritanienne s’est faite sans véritable difficultés, je ne dirai pas la même chose de la seconde partie. La traversée séparant Nouadhibou de Nouakchott (environ 500 Kms) fût une belle étape sportive tant les pistes (il n’y a plus de routes depuis la frontière Mauritanienne) sont de mauvaises qualités et les désensablages sont ainsi très fréquents.

 

Toutes les voitures formant notre convoi (5 vans) se sont enfoncées chacunes d’elles une quinzaine de fois dans le sable sous une belle chaleur (environ 30 degrés, heureusement que ce n’était pas l’été, les températures atteignent alors 45 degrés voire davantage !) provoquant ainsi de longues pertes de temps mais du bon travail pour nos bras.

 

Au niveau auto-stop, rien à rajouter étant donné que j’étais jusqu’à aujourd’hui toujours avec le couple d’Anglais.

 

Une des choses étonnantes est de voir tous les policiers et même douaniers demander sans cesse des cadeaux et demandant si ils peuvent nous acheter des téléphones portables. Ayant eu cette surprise avant Nouadhibou, j’avais acheté quelques gâteaux et bonbons et je leur en ai donné à plusieurs reprises (oui, oui, vous avez bien lu, j’ai donné des bonbons aux policiers et douaniers ce qui les rendit très content !!!).

 

Je suis donc maintenant à Nouakchott, je vais y rester une bonne semaine, je suis logé chez 2 familles Mauritaniennes différentes ce qui me permettra de me fondre dans leur culture et qui sait peut-être participer à l’aïd El Kebir, c’est à dire le sacrifice du Mouton, la principale fête Islamique après le Ramadan ».

 

Quoi qu’il en soit, même s’il fallu avoir souvent la tête dans le sable, je ne regrette aucunement d’avoir pu parcourir ces paysages fabuleux où on a le désert comme plage et l’océan comme mer. Magnifique !