05. En avant pour le Bateau-Stop

Nagadef à toutes et à tous,

 

Voilà près de 2 mois, je quittais la France et prenais la route planétaire afin de réaliser mon rêve de tour du monde en stop (auto, bateau ou autres).

Je suis aujourd’hui à près de 5500 Kms des côtes françaises dans la capitale du Sénégal : Dakar.

 

Résumer 2 mois d’auto-stop en quelques lignes n’est pas chose aisée, c’est pourquoi, je vais procéder par thème :

 

L’auto-stop en Afrique (Maroc, Mauritanie et Sénégal)

 

Une des grandes surprises et satisfactions de ce début de tour du monde et de ce séjour en Afrique est de voir à quel point je me suis senti en sécurité lors de mes différentes péregrinations en auto-stop. En effet, s’il reste indispensable de toujours rester très vigilant et de ne pas trop montrer ses signes exterieurs de richesse (caméscope…), l’auto-stop en Afrique est moins dangereux que ce que je craignais avant mon départ. Comme quoi, partir vers l’inconnu n’est pas toujours partir vers le danger…De plus, les Africains sont en général des gens très accueillants et cherchant à s’entraider ce qui rend la tâche plus facile. Sur les 5500 Kms qui séparent Dakar de Val d’Isère (mon point de départ), ma plus longue attente fût de 4 heures à Dakhlat (sud du Sahara occidental) avant de trouver une voiture me permettant de traverser le désert Mauritanien (jusqu’à Nouakchott), traversée qui dura 5 jours et 2 heures et qui me permit de battre mon record de durée dans 1 seule voiture (je dormais tout de même sous ma tente). Les attentes de 2 ou 3 heures sont fréquentes mais je ne les considère pas comme des pertes de temps (j’en profite pour lire, écrire ou tout simplement réflechir) et de toute façon, j’ai le plus grand des luxes : du temps.

 

Experiences Africaines

 

– L’Afrique, école de patience et de self-control : Près de 3 heures pour l’envoi d’un colis en France (avec incéssantes demandes de Bakchiches), 6 distributeurs de billets avant d’en trouver un qui marche, 5 photocopieuses en panne avant d’en trouver une opérationnelle, jusqu’à 13 minutes d’attente pour ouvrir Internet Explorer, des règles de conduite si peu respectées (certains conducteurs ont 12-13 ans…)…l’Afrique est une véritable école de patience.

 

– La Teranga : La Teranga est le nom Wolof désignant l’hospitalité et l’accueil des Sénégalais. A de nombreuses reprises, j’ai eu l’occasion de vérifier cette Teranga et de profiter de la bonne humeur incéssante des Africains. Cet excellent accueil se traduit souvent par le thé offert toujours avec bon coeur et par le partage d’un excellent Tajine (Maroc) ou thiebou Dieme (plat typique de Mauritanie et du Sénégal).

 

– La misère : La misère est parfois effrayante dans les lieux que j’ai pu traverser. J’ai notamment eu l’occasion de vivre pendant 2 jours à St Louis (Sénégal), grâce à une ONG (Claire enfance), le quotidien d’enfants abandonnés (souvent âgés de 4 à 7 ans) vivant seuls dans la rue obligés de dormir dehors par terre, de mendier pour manger et ayant de nombreuses maladies (la plus fréquente est la galle). Voir de telles choses fait peur et ne peut laisser sans réaction. Si, comme certains me l’ont déjà demandé, vous souhaitez que je vous mette en relation avec cette ONG, n’hésitez pas à me le faire savoir.

 

– La corruption : Si la corruption envers les touristes a diminué ces dernières années (les pays africains cherchent à donner une meilleur image de leur pays), ils n’ont, croyez moi, absolument pas diminué pour les locaux. J’ai, à une quinzaine de reprises, assisté à l’échange de pièces ou billets entre conducteurs et policiers de la main à la main…

 

–  Une culture spirituelle importante : La culture spirituelle dans les pays africains traversés est très importante que ce soit dans les mots (j’aime demander aux chauffeurs me transportant « ça va ? pas trop fatigué ? », à plusieurs reprises, les réponses ont été « ça va Amdullah (grâce à Dieu), Allah est derrière moi, il m’aide à tenir ») ou dans les actes (grandes villes complètement désertes le vendredi à 14h00 pour la grande prière, arrêts fréquents des conducteurs pour la prière (il y a 5 prières par jour à faire pour chaque Islamique)…). Cette culture spirituelle va même parfois un peu loin, j’ai été invité chez un Sahraoui (habitant du Sahara occidental) qui m’a présenté ses 4 frères. Dès mon arrivée, un de ceux là m’a posé les 2 questions suivantes : « Tu es Musulman ? » et « Tu pratiques le Ramadan ? ». Mes 2 réponses négatives ne semblant le satisfaire, il n’a plus voulu m’adresser la parole. Pour certains, il semblerait qu’être non-musulman signifie être mauvais…

 

– La Polygamie : J’ai eu l’expérience de vivre l’espace de quelques jours dans une famille Mauritanienne où le père est polygame (il a 2 femmes), cela ne semblait géner personne, l’Islam autorisant jusqu’à 4 femmes à condition qu’elles soient traitées de façon égales.

 

– Des policiers capables de tout : J’ai pu vivre des experiences assez originales avec quelques policiers, notamment l’arrêt d’un chauffeur pour excès de vitesse totalement imaginaire, le policier n’ayant même pas de radar pour contrôler et ayant jugé selon son « experience » de la vitesse à laquelle roulait la voiture. Aussi, nous avons été arrêté une fois pour avoir griller un « stop » alors que le panneau avait disparu et qu’il ne restait que la barre en fer devant tenir le panneau…Il faut savoir qu’au Maroc, les policiers sont présents presque à chaque carrefour.

 

– Etat d’esprit

 

Je suis toujours en forme, je n’ai jusqu’à maintenant été malade qu’une petite fois (la prévisible Tourista) et la solitude ne pèse pas trop pour le moment ayant de fréquents contacts avec la population locale et pouvant garder le contact avec mes proches via Internet.

 

– Conflit US / Irak

 

Beaucoup m’ont demandé si mon voyage allait être annulé ou changé à cause du probable conflit : Non, ce conflit ne change rien, en tout cas pour le moment, j’éspère que les choses seront en ordre quand j’approcherai le Moyen-orient et les Etats-Unis…mais ce n’est pas pour tout de suite…Pour ce qui est de l’avis des Africains, comme vous pouvez imaginer, la grande majorité est contre la guerre.

 

– Projet pédagogique

 

Le projet pédagogique se passe bien, les enfants malades du CHU de Strasbourg semblent apprécier ce voyage virtuel que je leur propose et nous sommes fréquemment en contact que ce soit via internet ou textos. De plus, les enfants ont pu profiter de mon experience Espagnole pour manger des Tapas et de mon experience Marocaine pour s’essayer au Tajine et au Couscous.

 

– Site Internet

 

Comme je vous l’avais annoncé dans mon précedent mail, le site Internet est maintenant parfaitement opérationnel et permet de faire le voyage à mes côtés. Vous y trouverez, outre le suivi du tour en direct, les illustrations régulières du dessinateur Jean-Christophe Balandras, les poèmes et textes des enfants du CHU…

– Prochaines étapes

 

La prochaine étape est la grande inconnue de ce voyage : Le bateau-stop.

 

Cette discipline sera une grande première pour moi car je n’ai jamais eu l’occasion de faire de grande traversée en bateau. A partir de Lundi prochain, j’irai au port de Dakar et j’irai demander aux capitaines de gros bateaux (marchandises, croisières, voiliers voire Yachts) s’ils vont à Rio de Janeiro au Brésil. Si oui, je leur demanderai si je peux travailler sur le bateau contre de la nourriture et un trajet gratuit…N’ayant jamais fait ceci, je suis incapable de vous donner les chances de réussite…La suite sur mon site…

 

Certains m’ont donné le conseil de contacter la presse et de lancer un appel à la télé ou la radio, pourquoi pas ? Ca se tente mon général…

 

A très bientôt

J’éspère qu’il ne fait pas trop froid où vous êtes.

Ludo