03. Quand le rêve devient réalité

Bonjour à toutes et à tous,

 

Il y a environ 2 ans, j’habitais alors encore au pays des cow-boys aux Etats-Unis, je prenais la folle décision de me lancer dans l’aventure tour du monde en auto-stop. Depuis ce moment, combien de nuits ai-je passé à me tourner dans mon lit à me demander si je faisais le bon choix, si ce rêve n’était pas surréaliste, si il était vraiment sage de tenter une telle expérience alors que j’ai une vie très heureuse et très confortable ici à Strasbourg. De nombreuses questions et 1 réponse qui se retrouve dans cette phrase de Dominique Glocheux « La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit ».

 

Le jour J est maintenant là, il faut maintenant se jeter à l’eau et débuter l’aventure. Mes affaires sont prêtes, je laisse mes clefs, mon agenda, mes amis, ma famille pour me retrouver absolument seul, débuter une vie de nomade et tenter ce challenge personnel peu habituel.

 

Je pars autour du monde avec des yeux d’enfants qui ne demandent qu’à découvrir de nouvelles choses, à rencontrer des personnes de cultures différentes et ainsi vivre une expérience unique et inoubliable.

 

Beaucoup me demandent si j’ai peur de partir. Je vais être honnête avec vous, j’ai une frousse énorme mais comment ne pas avoir peur quand on s’attaque à près de 100.000 kms en auto-stop avec la traversée d’une cinquantaine de pays parmi lesquels la Colombie, la Birmanie ou encore le Bangladesh…

 

Le contexte international n’est certes pas favorable actuellement pour un tel voyage mais le sera t-il un jour ? Devrais-je attendre vainement que la paix règne partout sur terre pour partir ? Non, je ne crois pas, je n’ai qu’une vie et pas le temps d’attendre pour réaliser mon rêve.

 

Ce voyage est très important pour moi car il constitue un rêve d’enfant. Depuis tout petit j’ai la tête plongée dans les Atlas à me dire qu’un jour je ferai le tour de cette planète d’une façon ou d’une autre. Pour moyen de transport, j’ai choisi l’auto-stop qui constitue à mon goût le meilleur moyen d’approcher les hommes. Outre mes études et mon éducation, le stop a été pour moi, lors de mes 40.000 précédents Kms à travers l’Europe, une véritable école vivante passée sur les « bancs » des automobiles où chacun des conducteurs rencontrés avait beaucoup à m’apprendre.

 

L’autre chose que j’aime dans le stop est l’imprévu, l’inconnu. Je trouve qu’il y a une véritable jouissance à mater l’imprévu et à ne pas savoir de quoi demain sera fait. En apprenant à ne plus trembler devant l’inconnu, on devient libre.

 

Il était important pour moi de ne pas être seul à profiter des bienfaits de cette aventure, c’est pourquoi je me suis engagé dans un projet pédagogique en collaboration avec l’hôpital de Strasbourg-Hautepierrre, qui me rend le plus heureux du monde car pour une fois, je suis en position d’améliorer le quotidien d’enfants malades et mes récentes rencontres avec eux (je leur ai expliqué individuellement le projet) me fait encore plus prendre conscience de la chance que j’ai de pouvoir partir parcourir le globe. Pour la petite histoire, ces enfants m’ont gentiment fait 2 bracelets brésiliens pour me porter chance que j’aurai bien entendu toujours sur moi.

 

SPONSORS

 

Juste un mot pour dire que 2 nouveaux partenaires : le Crédit Agricole et l’Agence Joël Ohayon se sont rajoutés à la liste donnée dans la dernière newsletter.

 

MEDIAS

 

Outre quelques articles parus dans divers journaux et la 1ère chronique sur Europe 2 (chronique bi-mensuelle qui passe à 12h30, les jours ne seront pas réguliers), le point important de ce dernier mois est la signature d’un contrat avec un producteur (les films de l’Europe) qui donnera peut-être naissance à un film à l’issue de l’aventure à condition bien sûr que mes films soient exploitables…

 

SITE INTERNET

 

David Doucet, le créateur de mon site internet, ayant fait un accident de moto, la réalisation du site a pris un peu de retard. Il sera accessible à l’adresse suivante : www.ludovichubler.com dès que David sera remis sur pieds (dans environ une dizaine de jours). Bon rétablissement.

 

PROCHAINES ETAPES

 

Je partirai donc dans 4 jours (le 1er janvier) des montagnes de Val d’Isère (où je passe le réveillon avec mes amis) direction le sud.

 –  1ère étape : Casablanca au Maroc où je resterai quelques jours pour retirer le visa Mauritanien. Cette étape ne devrait, en principe, pas poser trop de problème.

 –  La deuxième étape devrait me conduire de Casablanca à Dakar avec la traversée de la Mauritanie et du Sahara occidental. Une étape bien plus difficile du fait des nombreuses pistes à traverser dans le désert et du passage de la frontière Marocco-Mauritanienne au climat assez houleux.

 –  La troisième étape sera la grande inconnue de ce voyage : le bateau-stop, discipline totalement inconnue pour moi qui devrait m’emmener, si tout se passe bien, de Dakar au Brésil où je débuterai ma première mission humanitaire dans un centre hospitalier à Belo Horizonte…

 

Voilà pour aujourd’hui, maintenant en avant pour la route planétaire…

A bientôt

Ludo

 

P.S : Pour remercier mes partenaires, un T-shirt a été réalisé que je porterai au cours de mon aventure. Vous trouverez ci-dessous le dessin de ce T-shirt réalisé par Jean Christophe Balandras. Merci JC.